REFLEXION

Selon des statistiques récentes : 8% des hommes sont battus par leurs épouses à Oran



Selon  des statistiques récentes : 8% des  hommes sont  battus par leurs épouses à Oran
L’année 2009 c’est l’année de tous les records. Le phénomène des épouses agressives à l’encontre de leurs maris ne cesse de se propager. Les statistiques démontrent que durant l’année en cours, parmi les 830 affaires de violence conjugale traitées au niveau des services médicaux légales de l’hôpital universitaire, 8 % des hommes sont victimes de coups et blessures engendrés par leurs épouses. Les mêmes sources auraient ajouté que ces mêmes services accueillent chaque semaine des cas de violences très embarrassantes, où des hommes reçoivent toutes sortes de sévices et de blessures de la part de leurs conjoints en utilisant le plus souvent des objets contendants et dangereux, mêmes parfois des armes blanches.
Ce phénomène qui parait de prime abord étrange, s’est incrusté ces dernières années dans notre société notamment en milieu urbain, pour se banaliser ensuite dans nos grandes villes à l’exemple de la capitale de l’ouest qui n’arrive plus à maitriser la propagation de ses maux sociaux, parmi lesquelles, ont trouve en premier lieu, le viol avec 801 affaires durant 2008, le suicide avec 80 cas pour la même période, en plus des délits d’assassinat où 63 cas ont été enregistrés en 2008, sans compter le chiffre effarant de 2980 cas de violence physique.
Les lois sublimes de la nature se renversent les rôles, autrefois c’était les femmes qui seraient été battues, aujourd’hui c’est au tour des hommes de supporter les affres de leurs épouses.

Slimane
Mardi 23 Juin 2009 - 08:19
Lu 407 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+