REFLEXION

Secousse tellurique de 4,2 degrés sur l’échelle de Richter à Oran

LES OCCUPANTS DU VIEUX BATI D’ORAN EN COLERE DEVANT LES SECTEURS URBAINS



Un tremblement de terre de magnitude de 4,2 degré sur l’échelle de Richter a secoué la wilaya d’Oran, hier matin, à 7h41 minutes, apprend-on de sources officielles relevant de la protection civile, selon le communiqué rendu public par le CRAAG. En effet, et d’après notre même interlocuteur, l’épicentre a été enregistré  à 13 kilomètres au nord de la ville d’Oran, à savoir au large de la mer. Par ailleurs, et en ce qui concerne les dégâts causés par ce tremblement de terre, plus ou moins, inquiétant, les sapeurs pompiers n’ont intervenu qu’une seule fois au niveau du quartier de Sidi El Bachir (ex-Plateau), où un balcon s’est effondré sur une voiture marque Hyundai Atos, qui était garée juste au dessous, endommageant le toit de l’automobile. D’un autre côté, et  concernant  l’ambiance qui a régné durant toute la matinée, surtout au niveau des vieux quartiers de la ville d’Oran, les habitants des immeubles menaçants ruines se sont dépêchés vers leurs secteurs urbains, où ils ont tenu des sit-in, demandant l’intervention urgente du premier responsable de la capitale de l’Ouest, à savoir M. le wali Abdelmalek Boudiaf, ainsi que le chef de la daïra et le président de l’APC d’Oran. Des banderoles et une forte tension ont été remarquées devant les portes des secteurs urbains. Les manifestants demandaient leur relogement dans les plus brefs  délais, avant qu’une catastrophe naturelle ne se produise, et que des personnes perdent la vie dans les effondrements de leurs immeubles. Chaque délégué et directeur des secteurs urbains sont sortis pour faire face à ce problème et à cette nouvelle manifestation, et comme d’habitude, leur réponse était la suivante : « vous allez bientôt être recasés dans de nouvelles habitations, et votre cauchemar sera terminé ». il est à signaler que les habitants du vieux bâti courent un grand danger, sachant que si la secousse était un peu plus forte et avait atteint les 05 degrés, on peut dire qu’il aurait pu y avoir énormément  de dégâts, et même des morts. Pour rappel, depuis l’année 2007, 07 personnes ont trouvé la mort dans des effondrements causés par des tremblements de terre, dont trois femmes à El Hamri, en 2007, et une femme et son bébé à El Hassi, en 2009.                                                         

A.Yzidi
Vendredi 23 Mars 2012 - 11:14
Lu 302 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+