REFLEXION

Scandale de l'autoroute Est-Ouest : Le SG du Ministère des Travaux Publics sous mandat de dépôt

Avant même qu’il ne soit achevé, le projet de l’autoroute Est-Ouest, qualifié par le ministre des travaux publics, Amar Ghoul, de projet du siècle, vu son importance et son volume, est en train de se transformer en scandale. Qualifié "du siècle", jamais l’Algérie n’a connu de pareil scandale.



Scandale de l'autoroute Est-Ouest : Le SG du Ministère des Travaux Publics sous mandat de dépôt
Soupconnées d’avoir touché des pots de vin dans des contrats liés à ce grand projet, au moins quatre personnes ont été arrêtées durant la semaine écoulée. Parmi elles, le secrétaire général du Ministère des Travaux Publics a été arrêté par les services de sécurité, à la semaine, et placé sous mandat de dépôt par le tribunal de Sidi M’hamed d’Alger. Arrêté, le secrétaire général était en désaccord avec son propre ministre, M. Amar Ghoul, qui l’a écarté des conseils d’administration de l’Agence Nationale des Autoroutes et du CTTP, deux organismes relevant du Ministère des Travaux Publics. Depuis le lancement de la construction de l’autoroute Est-Ouest, des soupçons pesaient déjà sur certains responsables du département de M. Amar Ghoul. Ces arrestations sont intervenues suite à une enquête des services de sécurité qui a duré plusieurs mois sur des affaires de corruption et des plaintes du groupement chinois Citic-Crcc en charge de la réalisation des parties centre et ouest de l’autoroute Est-Ouest. L’ambassade de Chine aurait, par ailleurs, protesté auprès des autorités algériennes, selon un proche du dossier. Des personnes proches du secrétaire général du Ministère des Travaux Publics et d’autres peresonnalités de l’Etat auraient fait pression sur le groupement chinois pour l’obliger à verser des pots de vin, selon la source proche du dossier. L’enquête des services de sécurité qui se poursuit toujours risque de faire tomber d’autres têtes au ministère des travaux publics et dans les milieux d’affaires nationaux et étrangers.« Les responsables utilisent des intermédiaires qui sont généralement des entrepreneurs sous traitants pour obtenir d'importantes commissions de l'entreprise de réalisation en échange de facilités dans le contrôle des travaux, l'approvisionnement en remblais et matériaux de construction », explique le proche du dossier. Des responsables de l'Agence nationale des autoroutes (ANA) n'hésitent pas, outre les commissions, à demander aux étrangers des avantages personnels tels que les visas, des téléphones portables, des caméras. L’enquête devrait se poursuivre et s’étendre à d’autres intermédiaires vivant en Algérie mais aussi dans plusieurs pays étrangers, dont la France.

. .
Dimanche 11 Octobre 2009 - 22:01
Lu 655 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+