REFLEXION

Saadia… retrouve sa famille après 42 ans de séparation !

Toute la ville de Tiaret est sous le choc. Les larmes de joie mariées aux sentiments de clémence et de piété ont fait du centre de vieillesse le plus fortuné des espaces, revalorisant de ce fait, les hautes et fines vertus de la société algérienne



Saadia… retrouve sa famille après 42 ans de séparation !
Qui se démarque du désespoir grâce au dévouement sincère de ses enfants et cela en dépit des embuches et certains obstacles voire parfois la passivité de certaines lois conjuguées aux médiocres interprétations ,et dans ce cadre l’ honneur, tout l’honneur revient aux membres de l’ association « RAJA » pour l’ aide à l’enfance abandonnée et son président M.khaled Meftah, lesquels, et sans répit ni désespoir ont pu sur l’échelle de 13 années réunir quelques 47 familles et leur rendre le plus  fier des sourires surtout lorsque les moyens matériels manquent désespérément en addition à l’indifférence de certaines franges de la société laquelle a été aujourd’hui interpellée à méditer une escale sentimentale très émouvante illustrée par une rencontre exceptionnelle de Saadia avec sa grande famille résidente à k’sar chellala en soulignant que cette séparation a duré 42 ans.  La stupéfaction teintée  de beaucoup de joie ; s’était emparée d’un public venu spécifiquement pour cette occasion si chère aux deux familles qui viennent de tisser éternellement une relation qui efface la grande plaie de Saadia qui  depuis son bas âge s’est heurtée aux souffrances et aux peines …. A l’âge de 8 mois, Saadia a été atteinte d’une bronchite et devait être hospitalisée en compagnie de son père ainsi que de son frère au sein du service « contagieux » relevant de l’hôpital « Youssef Damerdji » de Tiaret ,un certain hiver de l’année 1968 , et a été admise au service des urgences et comme le hasard fait bien des choses Saadia a été délaissée à son sort et ses parents revenus pour la récupérer, ont été surpris d’une nouvelle faisant part du décès de la petite Saadia qui a été adoptée par une femme de ménage qui supplia le personnel médical pour la prendre en charge en lui octroyant un traitement traditionnel à base de plantes et d’herbes forestières et ayant eu l’aval du personnel , la femme de ménage a pris  en charge Saadia en la considérant comme sa fille puisque mariée et n’a jamais eu d’enfant et que peut être Saadia lui rendrait le bonheur familial…Cependant rien de cela n’a fait signe et Saadia a pu avoir un nom mais n’a jamais rejoint l’école et devait subir toutes les tortures, et le pire c’est qu’elle a été sommée de ne plus penser à sa famille ni faire des recherches …Saadia a été interdite même de la sortie pour jouer avec  les filles de son âge… elle n’a jamais connu une poupée ou une balançoire, Saadia ne  garde que les souvenirs de souffrance et de misère, comme le hasard fait bien des choses , Saadia  a été mariée à Farid qui lui aussi a été adopté par une famille et a pu retrouver sa famille grâce aux recherches très approfondies menées par l’association « RAJA » pour l’aide à l’enfance abandonnée , et un petit enfant est né de cette relation légale.  Farid, en tendre époux, a sollicité sa femme Saadia de faire des recherches et durant près de 7 années sans relâche, beaucoup d’appels dans l’intérêt des familles ont été émis à l’adresse de la société et de l’ autre côté , la vraie famille de Saadia  aurait lancé des appels et émis des indices facilitant des recherches et combien d’obstacles se sont dressés devant  monsieur Meftah khaled , président de l’ association « RAJA » qui s’est  fixé dans la vie un seul objectif : retrouver la famille , et après  beaucoup de peines, cet infatigable président d’association , a rendu l’ espoir à  Saadia en lui annonçant la très bonne nouvelle : ce mardi 14 février 2012, Saadia , vous avez  un grand rendez -vous , votre famille va vous rencontrer à 14h30 au centre…et chose promise… chose due … après 42 ans de séparation , Saadia retrouve sa grande famille,  elle était très heureuse et ces moments ont mis sous le choc tout le personnel présent plus particulièrement le D.A.S, le directeur régional de l’ A.D.S M.Chikhi , ainsi que la talentueuse Mme Chougdali Mahjouba, assistante sociale de proximité qui nous dira : « j ai répondu oui à l’ appel de l’association en apportant un précieux concours pour redonner au social son vrai blason ».

Abdelkader.Berrebiha
Dimanche 19 Février 2012 - 21:24
Lu 786 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+