REFLEXION

SYRIE : L'assaut contre Raqqa est lancé

Les Forces arabes et kurdes soutenues par les États-Unis ont engagé l'offensive contre Raqqa et ont commencé à attaquer par l'est la capitale de l'État islamique en Syrie, alors que la bataille contre Mossoul se poursuit en Irak.



«Nous déclarons aujourd'hui le début de la grande bataille pour libérer la ville de Raqqa, la capitale (...) du terrorisme», a déclaré mardi Tallal Sello, le porte-parole des FDS , ces Forces démocratiques syriennes (FDS), constituées de combattants kurdes et arabes soutenues par la coalition internationale dirigée par les États-Unis. Alors que la bataille contre Mossoul en Irak entre dans sa phase finale, l'assaut contre le bastion de l'État Islamique en Syrie doit être le point d'orgue de l'offensive «Colère de l'Euphrate», lancée le 5 novembre 2016 par la coalition contre l'EI. «Avec les avions de la coalition internationale et les armes de pointe qu'ils nous ont fournies, nous prendrons Raqqa à Daech», a prédit M. Sello, en se gardant toutefois d'inscrire les opérations dans un calendrier.
«Nos forces sont entrées dans le quartier de Mechleb dans l'est de la ville», a déclaré à l'AFP le commandant des FDS Rojda Felat, ce qui a été confirmé par l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). L'offensive «Colère de l'Euphrate» s'est déroulée en plusieurs phases, la première étape ayant été «d'isoler Raqqa», comme l'a souligné le Centcom, le commandement des forces américaines au Moyen-Orient. Ce n'est que le 10 décembre 2016 que la coalition a lancé la deuxième phase, dont le but était de reconquérir Raqqa. Dès lors, la coalition s'est manifestée de manière concrète et physique sur le terrain, notamment par l'envoi de véhicules blindés américains fin janvier 2017.
Les craintes de la Turquie
Face à l'avancée des troupes de la coalition, plusieurs dirigeants de l'EI avaient abandonné Raqqa, pourtant considérée comme la «capitale» syrienne du califat. Entre février et juin 2017, le territoire de Daech dans la province de Raqqa a fortement diminué, jusqu'à ne plus représenter aujourd'hui que quelques villes le long de l'Euphrate, en direction de l'Irak.
Située dans le nord-est de la Syrie, Raqqa est la première grande ville syrienne dont l'État Islamique s'est emparé. Partie intégrante du califat dès sa déclaration en juin 2014, cette cité à majorité sunnite a subi le joug des djihadistes, qui ont normalisé la terreur ainsi que les exactions publiques et sanglantes. Fondus dans le sein des habitants de la ville, les partisans de l'État Islamique sont régulièrement accusés par les forces de la coalition d'utiliser ces civils comme «boucliers humains», ce qui rend plus difficile le discernement du citoyen du djihadiste.
Cette ultime offensive n'est pas sans créer des inquiétudes en Turquie. Binali Yildrim, le premier ministre turc, a déclaré qu'Ankara n'hésiterait pas à se protéger si la bataille venait à menacer les intérêts de son pays. Le gouvernement turc, qui combat sur son sol les Kurdes du PKK, considère également les combattants kurdes syriens comme un groupe terroriste, et n'entend pas les laisser s'installer près de leur frontière.
La bataille sera longue car le groupe État islamique peut s'appuyer sur de nombreux tireurs embusqués et de nombreux kamikazes qui évoluent au milieu des civils. Raqqa, c'est le fief de l'organisation jihadiste en Syrie. Omar Ouahmane, le correspondant de franceinfo dans la région, décrypte cette offensive.
Pourquoi est-ce si important de reprendre Raqqa ?
Raqqa est la capitale auto-proclamée de l'organisation État islamique. C'est la base arrière depuis laquelle les jihadistes ont pu lancer leurs opérations militaires et organiser de nombreux attentats comme ceux du 13 novembre 2015 à Paris. C'est à Raqqa qu'ils ont été planifiés.
Une internationale du jihad y a vu le jour en quelques mois. La ville est très proche de la frontière turque. Elle a attiré de très nombreux djihadistes du monde entier qui ont pu entrer en Syrie avec la plus grande facilité en passant par la Turquie. Raqqa est très vite devenue un bastion incontournable du groupe EI pour de nombreux étrangers qui s'y sont établis avec leurs familles dont, évidement, de très nombreux Français. Certains sont morts au combat ou lors de bombardements mais on ignore combien ils sont encore aujourd'hui car il est très difficile d'obtenir des informations fiables. L'organisation jihadiste a durci la surveillance de Raqqa pour empêcher les habitants de communiquer avec la coalition. On sait aussi que de nombreux cadres du groupe État islamique ont fui avec leurs familles en direction d'un autre fief de l'EI : Deir ez-Zor (est), près de la frontière irakienne.
Depuis quand prépare-t-on cette offensive ?
La bataille a été très bien préparée, minutieusement. Une première phase de près de six mois a consisté à isoler la ville, à l'encercler en coupant les principaux axes de communication avec l'extérieur. Dans une deuxième phase, il a fallu prendre le contrôle, une par une, des villes qui se trouvent sur la route de Raqqa dont celle de Tabqa, connue pour abriter le plus grand barrage de Syrie.
Comment EI va-t-il défendre Raqqa ?
Les jihadistes sont environ 4 000 à 5 000. Comme à Mossoul, en Irak, ces jihadistes de Raqqa sont extrêmement bien préparés à défendre cette ville. Ces dernières années, ils ont eu le temps de creuser des tranchées et des tunnels. Ils ont armé la population car c'est une ville sunnite et les habitants voient d'un très mauvais oeil l'arrivée des Kurdes qui sont hors de leur zone d'influence. Les jihadistes ont également bénéficié d'un certain nombre de garnisons, conquises à l'armée syrienne, qui ont fourni énormément d'armement et de blindés. Enfin, ils ont également mis en place un système de drones piégés qui sera utilisé pour freiner l'avancée des forces démocratiques syriennes.

 

Ismain
Mardi 6 Juin 2017 - 19:23
Lu 161 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 19-08-2017.pdf
4.17 Mo - 18/08/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+