REFLEXION

SUITE AUX VASTES OPERATIONS DE LA GENDARMERIE NATIONALE : Le sable de construction se fait rare à Mostaganem

Après la publication de l’article ‘’CES PILLEURS QUI NARGUENT LES AUTORITÉS DE MOSTAGANEM ! : Qui se cache derrière cette mafia du sable !?’’ Écrit par Riad, la Gendarmerie Nationale a décidé de réagir avec fermeté pour mettre un terme à cette situation, conséquence ; le sable de construction se fait de plus en plus rare à Mostaganem



Le sable,  matière de base pour n’importe quel chantier de construction, auquel personne ne fait attention et qu’on pourrait croire ‘’inépuisable’’, est une matière de plus en plus recherchée, notamment par l’industrie du bâtiment, et en danger de disparition. Le formidable développement urbain que connaît le chef-lieu de la Wilaya de Mostaganem ces dernières années,  accroit la demande à tel point que le sable, bien que relativement bon marché, devient un matériau rare ! Selon les ingénieurs en construction, il faut 200 tonnes pour une maison moyenne, 3000 pour un bâtiment comme un hôpital, 30 000 pour 1 km d’autoroute ! Des chiffres très édifiants qui illustrent clairement le grand besoin et la forte tension autour de cette denrée très convoitée actuellement. Traqués par la Gendarmerie Nationale, l’on a pu constater de visu après un tour en voiture du côté de la sortie sud de Mostaganem, la disparition soudaine des gros camions chargés du sable de la discorde ! Matériau granulaire constitué de petites particules provenant de la désagrégation d'autres roches, c’est sur le littoral dans les plages que se trouve la majorité de la quantité extraite de sable de bonne qualité, fragilisant ainsi tout un écosystème biologique. La fuite des chauffards de camions dit ‘’mafieux’’, est expliquée par les riverains de cette zone par l’intensification des opérations de descentes et de contrôles des membres de la Gendarmerie Nationale, traquant les trafiquants malhonnêtes du sable de construction. En maçonnerie, le sable est utilisé comme agrégat mélangé à un liant comme la chaux ou le ciment. C’est une vraie course du chat et de la souris cette histoire de pillage du sable qui se déroule à Mostaganem-ville ! D’ailleurs certains voisins d’un quartier périphérique de la ville, interrogé se sont  plaints de ne pas trouver ce matériau pour les travaux de leurs chantiers privés, en vue d’effectuer des aménagements d’intérieurs. D’aucun s’interroge, à quand la régulation définitive de ce marché sensible surtout à l’approche de la belle saison, où pendant laquelle les chantiers de constructions se multiplient ?

ASM
Samedi 19 Avril 2014 - 11:12
Lu 325 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+