REFLEXION

SUITE A UNE TENTATIVE D’AVORTEMENT CLANDESTIN : Une femme meurt à Oran



Une jeune femme de 28 ans a rendu l’âme suite aux complications provoquées par une tentative d’avortement ratée. La jeune femme est originaire de Bousfer. Elle souffrait de complications abdominales après avoir consommé une grande quantité de comprimés devant aboutir à son avortement. Elle a été admise dans un état critique dans les services de réanimation de l’hôpital d’Oran où elle a été mise sous soins intensifs pendant 05 jours. Ayant  été alertés, les services de police ont ouvert une enquête sur la provenance des comprimés destinés à l’avortement sachant que cet acte, qui est illégal, est sévèrement réprimé par la loi. Dans un passé récent, les services de police d’Oran ont mis à plat un réseau  spécialisé dans ce genre d’interventions clandestines.  Le groupe était régi par une femme qui recrutait les femmes en détresse, un médecin spécialiste dans les avortements et plusieurs autres personnes dont des intermédiaires. En tout, 12 personnes ont été arrêtées et jugées. En 2011, les services de la Gendarmerie nationale de Mostaganem ont mis fin aux agissements d’un réseau spécialisé dans les avortements. Le réseau était composé de sept personnes dont deux femmes. Dans cette affaire, les gendarmes ont, dans un barrage de contrôle dressé au niveau du village d’Ouréah, intercepté  un véhicule transportant un fœtus caché dans un sac en plastique. L’enquête diligentée a abouti à un avortement effectué traditionnellement par une femme résidente à Oran contre une somme de 35 000 DA. Dans le sillage des investigations, plusieurs autres personnes ont été arrêtées dont une femme à Arzew.          

Medjadji. H
Dimanche 20 Juillet 2014 - 12:55
Lu 1728 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+