REFLEXION

SUITE A LA DEMOLITION DE CINQ BIDONVILLES A CHLEF : Soirée mouvementée à la cité « Chérifi Kaddour »

La cité « Chérifi Kaddour » située au centre de la ville de Chlef a été l’œuvre d’une soirée mouvementée par des évènements relatifs à la démolition de cinq bidonvilles occupés par des familles étrangères à la commune.



SUITE A LA DEMOLITION DE CINQ BIDONVILLES A CHLEF : Soirée mouvementée à la cité « Chérifi Kaddour »
Cette fois ci, ce sont les citoyens de la cité ex-Ruiz qui sont passés à l’action pour faire le travail d’une APC dormante. N’était ce l’intervention du service d’ordre dépêché sur les lieux avant le f’tour, l’opération aurait connu bien des dégâts. Au total, cinq gourbis ont été complètement démolis par les citoyens à l’aide de pioche, pelle et matériel divers, une opération réussie dans la mesure où les occupants n’ont pu retirer que quelques habits. Selon certains citoyens ayant participé à cette action « le coin est devenu un repaire de maux sociaux » en affirmant que les autorités ont toujours hésité à intervenir malgré plusieurs appels. C’est ainsi et selon toujours les habitants de cette cité que les citoyens ont pris une décision définitive pour clore un acte devenu au fil du temps insupportable devant les yeux de leurs enfants. Actuellement, les occupants de ce bidonville réalisé pelle mêle en l’absence des élus locaux occupés par d’autres projets, occupent un autre lieu pour dormir à la belle étoile. Ces derniers affirment que la commune du chef lieu s’est totalement désintéressée de leur situation alors qu’un recensement a été opéré dans le cadre d’une probable opération d’attribution de logements sociaux. Pour en finir définitivement avec un quartier devenu de plus en plus grandissant en matière de regroupement de jeunes qui s’adonnaient à la consommation de boissons alcoolisées en cette période de Ramadhan, devant les habitants d’une cité occupée par des familles respectables, que l’action a été décidée. Sur les lieux, on notait uniquement la présence du vice-président de l’APC de Chlef. Malgré la présence du service d’ordre et des éléments de la protection civile dépêchés sur les lieux, les citoyens fusaient toujours vers les bidonvilles pour continuer à détruire. Seulement aucune opposition n’a été enregistrée par les occupants, ces derniers se contentant uniquement de sauver leurs biens domestiques. Un homme dont l’âge varie entre 80 et 82 ans répliqua « Je suis dans ce bidonville depuis 1982, et j’attends avec une certaine impatience un logement social auquel j’ai introduit une demande depuis belle murette ». Il était question que les citoyens du bidonville seraient transférés au niveau du parc de la commune, décision que ces derniers ont catégoriquement refusée.

M.Mokhtari
Vendredi 12 Août 2011 - 10:39
Lu 268 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+