REFLEXION

SUITE A L’INSTALLATION DE BOULANGERIES INDUSTRIELLES : Boudah Abderrahim tire la sonnette d’alarme

Le président de la commission nationale des boulangers, Boudah Abderrahim, a révélé qu'environ 5.000 boulangeries vont fermer à la fin de cette année, si le gouvernement n’intervient pas pour changer la politique actuelle de soutien des prix.



Le porte-parole a déclaré lors d'une conférence de presse  animée avant-hier au siège de l'Union générale des commerçants algériens, qu’une plate-forme de revendications a été présentée par la Commission au ministre du Commerce, M. Mustapha Benbada, Laquelle elle  lui a été remise pour étude de la politique de soutien des prix et de  son examen. Dans le même contexte, le porte-parole officiel de l'Union générale des commerçants algériens, Hadj  Tahar Boulanouar a déclaré que la qualité du pain, qui est produite au niveau des boulangeries industrielles sera de moindre  qualité, et de très faible valeur nutritionnelle, en soulignant que ces  boulangeries industrielles contribueront à accroître le taux de chômage de manière significative, appelant le gouvernement à revoir la politique de subvention actuelle car elle n’est pas bénéfique au développement économique. Boulanouar  a expliqué, qu'il ya des parties étrangères qui font pression sur le gouvernement de continuer à soutenir les prix actuels, du fait que ces parties sont le plus grand bénéficiaire. Boulanouar  a ajouté que les problèmes de lait et de pain, sont devenus périodiques, notamment durant les fêtes, et les saisons en raison de l'absence de solutions durables pour résoudre le problème par le gouvernement. Les membres de la Commission nationale des boulangers ont révélé,  l'existence d'une grave manipulation  concernant le soutien des prix destiné aux boulangers par rapport à la levure et la farine, qui ne représente que 10% seulement du coût, pendant que le reste ne fait que profiter à d'autres. Le représentant de la  Commission nationale des boulangers de la wilaya de Bejaia a déclaré que la profession de boulanger disparaitra un jour, si le gouvernement ne revoit pas sa politique de soutien des prix. Parmi les revendications formulées par la Commission nationale pour les boulangers, la libération des prix du pain pour assurer le bénéfice, et effacer toutes les taxes et les charges de cotisations pour les boulangers en plus du gel de leur présentation devant la justice, dans le cas d’infractions  mineures commises, ainsi que  l’éradication du  phénomène de la vente de pain sur les chaussées et les rues, en plus de respecter la distance entre les boulangeries qui a été estimée par la Commission nationale des boulangers à au moins 500 mètres.

Touffik
Mercredi 19 Février 2014 - 17:35
Lu 137 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+