REFLEXION

SUITE A L’EFFONDREMENT PARTIEL DE LEUR IMMEUBLE A EL MOKRI : Dix familles sinistrées demandent leur déménagement vers des logements décents

Un effondrement partiel du toit d’un bâtiment, sis à 58 avenue Khelifa Ben Allal, au quartier El Mokri (ex-Saint Eugène), s’est produit ce jeudi dans l’après-midi, et selon les habitants de l'immeuble, l'effondrement a eu lieu vers 14 h. Heureusement qu’il n’a fait aucune victime, sauf des dégâts matériels, ce qui a provoqué une grande panique au milieu des habitants.



Cet effondrement est le troisième du genre qui se produit en moins de deux ans seulement, à cause de la vétusté du bâtiment, qui remonte à l'époque coloniale, où les plafonds sont complètement fissurés et les murs effondrés et ne sont plus en mesure de supporter en raison de leur âge et les effets des facteurs climatiques difficiles. Les dix familles qui occupent ce bâtiment continuent à souffrir énormément des fuites d'eau à chaque fois que la pluie tombe et des nombreuses fissures des murs et des effondrements partiels des toits. Les résidents de cet immeuble ont demandé, avant-hier, aux autorités compétentes d’intervenir immédiatement pour les aider à déménager le plus tôt possible avant la survenue d'une véritable catastrophe, surtout que cette saison d'hiver, connaitra sans doute des changements climatiques difficiles selon les prévisions des spécialistes dans le domaine, ce qui pourrait présenter inévitablement un énorme danger sur leur vie et celle de leurs enfants, en particulier qu’une commission de recensement  avait visité le bâtiment il y a environ un mois et l’avait classé dans la liste rouge des bâtiments précaires prêts à s’effondrer à tout moment, où il est impératif de procéder au déménagement de ses résidents dès que possible, de peur de ce qui peut avoir comme conséquences désastreuses, mais jusqu'à aujourd'hui, rien de concret ne s’est réalisé pour les réconforter et ils restent embourbés dans la souffrance en continuant à supporter le poids de l'amertume à l’intérieur de ce bâtiment fragile, qui manque de l'essentiel d'une vie décente, car il n'est même pas digne de servir de refuge aux animaux, alors que serait-ce des êtres humains et des familles composées chacune de 4 jusqu'à 10 personnes.

Touffik
Dimanche 15 Novembre 2015 - 17:07
Lu 91 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+