REFLEXION

SUICIDE DU DRAG DE MASCARA : De la violence sociale au suicide d’un responsable

La presse a fait état du suicide, dans son bureau, du directeur de la réglementation et des affaires générales de la Wilaya de Mascara (DRAG). Suite à ce drame, le site «Algérie patriotique» a rapporté que le Wali a été relevé de ses fonctions.



SUICIDE DU DRAG DE MASCARA : De la violence sociale  au suicide d’un responsable
Ce genre de drame est-il particulier et exceptionnel pour en faire état aussi largement ou parce que cela s’est déroulé dans le siège de la wilaya en sa qualité de cadre responsable ? Sinon, combien de cadres se sont suicidés sans voir leur acte susciter une curiosité d’ordre social ? Seulement une ligne dans les «faits divers». 
Le suicide, en Algérie, n’est pas un phénomène exceptionnel. Il n’est pas particulier à une catégorie. Il est, comme pour le diabète et les cardiopathies, lié à l’hygiène de vie, au stress et à nos comportements quotidiens en privé et en public ! 
Dans le cas de ce DRAG, on a vite trouvé «l’explication» et le «bouc émissaire» en la personne du Wali qui l’aurait «sévèrement blâmé» lors d’une cession de l’Assemblée. Si tel est le cas, et alors ? En quoi le Wali est-t-il responsable ? Et si c’est lié à la personnalité du DRAG, en quoi le Wali est aussi responsable ? Et si c’était le Wali la victime du même acte on suspendrait qui ? Il serait vraiment stupide d’en imputer la responsabilité à qui que ce soit sauf si l’on évolue dans l’opportunisme.
Le Wali nie toute relation de cause à effet avec ce suicide en affirmant même avoir de bons rapports avec lui. Ce que confirme le P/APW selon la presse.
En supposant qu’il y ait relation de «cause à effet» tentons cette spéculation :
- Comment ce  DRAG s’est-il laissé dépendre du «bon vouloir» du Wali jusqu’à être «humilié» et se laisser croire qu’il peut décider de sa carrière ? Ne pouvait-il pas répliquer et faire confiance en soi et à ses compétences ? Le compétent trouve toujours une issue à sa situation professionnelle ! Au demeurant, avait-il toutes les capacités et la volonté de le faire ? Se sentait-il dans un dépit et frustration qui lui ont fait croire à une impasse, dont la seule issue, serait de disparaitre ? Une foule de questions. Par son âge, 59 ans, c’est-à-dire à un an de la retraite, ces explications restent improbables, superflus.
- Ce Wali, a-t-il toutes les compétences requises pour gouverner une wilaya ?
Si ‘oui’, alors il est inconséquent de prendre à son encontre une telle décision (le relever de ses fonctions). Est-ce parce que le drame s’est déroulé au siège de la wilaya? Et alors ? Ce serait une fuite en avant, un manque de perspicacité que d’exiger ou de le relever de ses fonctions! Qu’elle sera la réaction des autres Walis quand on sait que des cas de suicides sont enregistrés souvent sur tout le territoire pour des motifs liés à la gouvernance ? C’est quoi cet opportunisme des députés qui  tombent à bras raccourcis sur le wali pour l’évincer ! Et si le même drame s’est déroulé à l’APN, à la Présidence de la République, dans un ministère, on suspendrait qui ? Soyons raisonnables! 
Si ‘non’, alors la responsabilité revient directement à l’État au travers de ses décideurs qui foulent du pied toutes les règles permettant la sélection et le choix des responsables à tous les niveaux ! On les suspendrait aussi ?
Reconnaissons que l’État - c’est-à-dire nous tous - manquons encore de volonté politique à mettre fin à cette gabegie dans la gestion des compétences. Nous savons tous comment et pourquoi sont désignés et évincés les responsables. Nous avons été autant acteurs que victimes. 
L'Algérie est, à notre sens, le seul pays qui ‘recycle’ les incompétents en les «mutant» en cas de défaillances. Là est essentiellement le problème de l’Algérie. Les postes de responsabilité sont cédés aux incompétents non pas par «erreur dans le choix», mais consciemment par «copinage» et intérêts. Il s'agit bien de maintenir les privilèges. L'essentiel pour nos responsables et de mettre à la tête un des leurs, quel que soit ses capacités, quitte à le seconder par des compétents pour éviter le blocage. Ces derniers ne bénéficient de postes de responsabilité que dans certains secteurs où il est pratiquement impossible de faire autrement. Nous l’avons constaté et…admis durant toute notre carrière. Il n’y a pas un qui ne souhaiterait pas prendre la place d’un responsable pour avoir les mêmes pouvoirs et bénéficier des mêmes privilèges en l’absence de règles fermes. Même si un clan remplace un autre la même attitude est maintenue. Rien n’est encore fait pour mettre un terme cette cupidité ! 
C'est là une des principales faiblesses de l'Algérie qui peut être à l'origine (la porte?) à toutes les tentatives de déstabilisations. Si les ennemis de l’Algérie y tentent encore c'est grâce à cette faille. Ils ne s'y aventureraient jamais s'ils savaient qu’elle était encadrée par des gens compétents. 
Il a été diagnostiqué que l’origine des maux relatifs à la gérance des entreprises et des institutions, des ressources humaines et matérielles se situent dans cette «rente» -  objet de toutes les convoitises - issue des revenus pétroliers, dont la gestion reste problématique. Elle est la cause de toutes les rivalités et le frein à toutes les actions visant les changements structurels. Une rente qui est à la fois «bienfaitrice» et «corruptrice». Parce que la «rente» est contraire aux règles du marché en s’opposant à l’acte production, en annihilant l’effort, il se déroule une course folle et effrontée pour profiter à qui mieux mieux de cette ’manne’. Les systèmes rentiers ont toujours été réfractaires à l’esprit d’initiative. Ces systèmes pervertissent les consciences en encourageant les convoitises, la collusion, la paresse et l’incompétence. La pratique du pouvoir dans ces systèmes s’établit suivant une approche avide et cupide. Leurs dirigeants le sont par favoritisme d’où cette duplicité et cet esprit négligent et prédateur, générant des idées et comportements absurdes et abusifs. Combien de cadres de valeurs ont dû subir les pires abus dans le but de saper leur bonne volonté par des incompétents amateurs des situations troubles. Combien de cadres se sont désistés ou ont refusé des responsabilités, car, constatant qu’ils servaient de faire-valoir ou de boucs émissaires.  
La majorité des cadres algériens ont été, plus ou moins, confrontés à ces genres de situations injustes, souvent insolubles, à cause des connivences qui poussent à la révolte voire, aux actions déraisonnables. Qui n’a pas subi l’injustice, la persécution, la mise à l’écart? Qui ne s’est pas plaint à la tutelle dénonçant les abus, mais restée sans suite? Qui n’a pas ester en justice son employeur ou poursuivi lui-même par ce dernier? Qui n’a pas été abusivement licencié et défié par l’employeur d’aller «porter plainte»? Qui n’est pas passé par de profondes déceptions ou effleuré les troubles psychotiques du fait de la violence du milieu professionnel ?
Au-delà des causes liées à la constitution des individus l’État, en Algérie, porte la responsabilité des drames attachés aux conditions de travail, à la gestion des carrières, à la protection de l’intégrité physique et morale des travailleurs qui restent bien en deçà malgré l’existence des lois. 
En Algérie, les compétences existent et l’État n’arrive toujours pas à leur offrir les conditions de leur épanouissement et les mettre au service du pays qui ne peut qu’en tirer avantages et bienfaits. 
La solution reste celle adoptée par les pays qui ont réussi dans leur développement économique et social, celle qui réhabilite le travail - qui fait la promotion de l’homme - et non dans cet esprit rentier pervers qui supplante le travail et l’intelligence, accentue les contradictions, maintient dans l’archaïsme. 
Le drame du siège de la wilaya de Mascara entre dans le cadre de cette violence sociale dont il faudra s’y intéresser plus honnêtement et sérieusement.
 

Djerrad Amar
Mercredi 24 Avril 2013 - 22:00
Lu 1132 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+