REFLEXION

SPECULATION ET TRAFIC DANS LE COMMERCE A MOSTAGANEM : Pomme de terre impropre à la consommation sur les étals

Même la pomme de terre, légume de large consommation et aliment prisé par les différentes couches de la population, notamment celles aux moyens financiers limités, ne sort pas du lot infernal de ces suceurs de sang qui se multiplient chaque jour, devant l’inertie et l’immobilisme des pouvoirs publics.



En effet, ces derniers jours, on constate la mise en vente sur les étals des marchés, à des prix inabordables, d’une grande quantité de pomme de terre impropre à la consommation du fait de son long stockage dû à des fins de spéculation et de trafic. Après avoir stocké longuement ce légume dans les locaux malsains et infects qui ne répondent nullement aux normes d’hygiène et d’insalubrité, les commerçants se retrouvent pressés par l’arrivée de la nouvelle moisson fraiche et disponible à profusion. Pour y faire face, ces spéculateurs emmagasinent la nouvelle récolte et font ressortir pour la vente l’ancien stock périmé maquillé intentionnellement par de la terre, afin de dissimuler sa couleur. Sillonnant les quartiers de la ville, ces commerçants indélicats, chargeant leurs camionnettes de caisses de pomme de terre infectée, crient à tue-tête la qualité et le prix très abordable de leurs produits empoisonnés. Croyant profiter de cette aubaine de se décharger du transport de cette lourde marchandise à partir du marché, les pauvres consommateurs tombent tête baissée dans ce traquenard bien tissé. Selon un mandataire « de grandes quantités de cet aliment ont été stockées depuis l’été dernier pour éviter de casser les prix, notamment durant le mois de Ramadhan. Malgré que les délais de conservation sont dépassés et la marchandise est devenue impropre à la consommation, elle continue d’être commercialisée au vu et au su de tout le monde, alors que toute la nouvelle récolte de ce légume est automatiquement stockée dans des silos de fortune ou dans des chambres froides, dans l’attente de se débarrasser de l’ancienne marchandise. Le même scénario se reproduit à chaque fois», conclut ce mandataire. Enfin ces monopolisateurs et devant l’absence de tout contrôle des services censés préserver la santé du citoyen et ses ressources de financement, gardent jalousement leur exclusivité sur ce créneau juteux faisant fi des lois de la République, de la salubrité et de la santé publique.

Tayeb Bey Aek
Mercredi 13 Août 2014 - 18:07
Lu 232 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+