REFLEXION

SOUPÇONS DE BLANCHIMENT D’ARGENT ET DE FINANCEMENT DU TERRORISME : La justice espagnole enquête sur les comptes bancaires de 4000 algériens

Des pôles régionaux en Algérie auraient entamé des enquêtes sur une liste nominale qui comprend près de 4 000 algériens détenant des comptes bancaires dans les banques espagnoles.



Cette action de  justice est intervenue, suite aux  correspondances du gouvernement de Madrid à son  homologue algérien, faisant état d'un flux suspect de capitaux qui attire une certaine frange bien déterminée à investir dans l'immobilier dans la banlieue sud du royaume espagnol.  Même si les autorités espagnoles n’ont pas accusé ces algériens pour le moment, cependant, leur devoir c’est d'informer le gouvernement Algérien sur la dite liste. Dans ce contexte, certains transferts suspects  exigent  l’ouverture d’enquêtes pour déterminer la source et la destination de ces fonds, par crainte sur des activités illégales de blanchiment de capitaux ou de financement à des organisations djihadistes, qui parmi eux sont ceux qui ont été condamnés pour des affaires liées au terrorisme. Des sources crédibles ont révélé également que des enquêtes auraient été lancées sur des transferts financiers effectués par des hommes d'affaires, d'anciens responsables et des politiciens qui ont été condamnés pour différents délits et qui ont été incarcérés. Ces derniers ont procédé à des dépôts de fonds importants dans les banques espagnoles au cours de ces dernières années. Les sources ont ajouté que Madrid aurait remis aux autorités algériennes, une liste de noms de ressortissants Algériens, pour connaitre les sources de leurs richesses, dont   d’anciens et actuels responsables, ainsi que des hommes d'affaires et des importateurs spécialisés dans le domaine de l'habillement et des cosmétiques. La liste comprenait également des noms de personnalités qui se sont retirées de la vie politique, et parmi elles, certains ont été emprisonnés pendant la décennie noire pour actes terroristes. Notons  que pour le moment, aucune charge n’a été retenue contre cette catégorie, pour blanchiment d'argent ou enrichissement  illégal, mais les investigations visant à trouver la source de ces fonds sont en cours de vérification parmi les virements bancaires en devises, pour ceux qui se livrent à des activités commerciales, et envers ceux qui ont peu de ressources financières pour rechercher la source des fonds déposés dans les comptes à leurs noms. Les règlements internationaux relatifs à la lutte contre le terrorisme, le financement de la criminalité, le blanchiment d'argent permettent de s'assurer de la source et la destination des fonds, car  l'Algérie a signé un accord avec l'Espagne dans ce contexte, en 2006. Les mêmes sources, ont déclaré que les flux importants des Algériens vers l’Espagne, ont attiré l'attention des autorités de ce pays, surtout après l'émergence d’une certaine couche de la société algérienne qui s’est tournée vers l’Espagne pour l’acquisition de biens et stations touristiques, de biens immobiliers et l’ouverture des comptes bancaires, où des sommes importantes ont été déposées dans la plupart des cas. Les sources estiment que les enquêtes sont complexes et compliquées, particulièrement pour les personnalités qui n'exercent pas d'activités commerciales claires, mais qui se sont enrichies après la décennie noire à l’aide de moyens suspects. Il est utile de signaler, que les enquêtes  sur les comptes bancaires se font d’une manière tout à fait légale, en particulier avec les noms bien connus qui n’ont aucun lien avec le financement de la criminalité ou des organisations djihadistes. Dans le même contexte,  selon les médias espagnols, le phénomène des transferts de fonds vers  l'Espagne  par les pays du Maghreb, notamment l'Algérie a commencé il ya deux ans, et qui a  abouti à l’acquisition de biens immobiliers, conclus souvent  par des offres menées par des intermédiaires et dont le paiement se fait en espèce pour des appartements qui coutent entre 150 mille et 500 mille euros et peuvent aller au-delà de ces sommes, dans certains cas. 

Touffik
Samedi 22 Mars 2014 - 18:44
Lu 454 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+