REFLEXION

SOUK DE MEDINA DJEDIDA : Des produits cosmétiques douteux à des prix dérisoires

De nombreux commerçants, citoyens et même des médecins, viennent de tirer la sonnette d'alarme suite à la prolifération des étals proposant des produits cosmétiques douteux contrefaits, au niveau de plusieurs marchés de la ville, à des prix dérisoires et très attractifs.



En effet, et depuis quelque temps, des dizaines de marchands ambulants proposent une variété de produits cosmétiques douteux à des prix défiant toute concurrence. Les interminables files de charrettes et d'étals de fortune installés au niveau du marché de M'dina Djedida, qui proposent toutes sortes de produits cosmétiques, sont prises d'assaut par la gente féminine à la recherche du produit le moins cher, sans se soucier de la qualité ni des retombées que peut engendrer l'utilisation de tels produits, exposés toute la journée au soleil et à la poussière. Des rouges à lèvres à 15 DA, des produits parapharmaceutiques, notamment des crèmes pour la peau de toutes sortes à 40 ou 50 DA, des déodorants à 60 DA, entre autres, des produits d'imitation, ne portant généralement pas de notice sur la provenance et la composante ni le nom du fabricant ou de l'importateur, sont ainsi écoulés à une clientèle de plus en plus nombreuse. Le pire c'est de constater que certains produits portent la marque de grandes maisons de parfums et de produits cosmétiques. Bien entendu, l'absence de tout indice identifiant la provenance de ces produits n'est pas pour faciliter la tâche à d'éventuelles victimes qui voudraient déposer   plainte, en cas de désagréments. Pour bon nombre de revendeurs que nous avons approchés, la majeure partie de ces produits sont importés de Chine, à l'instar des dizaines d'autres produits qui inondent le marché algérien. Ces produits disponibles en grandes quantités, ne coûtent pas chers et s'écoulent facilement, indique un revendeur, qui affirme qu'il s'agit là d'un créneau porteur. Hormis les descentes régulières et les saisies opérées par les services de police, ces revendeurs ne semblent pas inquiétés outre mesure. « De plus en plus de revendeurs ont opté pour ces produits, très prisés par la clientèle et faciles à transporter en cas d'opérations policières », souligne notre interlocuteur. De leur côté, les commerçants spécialisés dans les cosmétiques ne cessent d'interpeller les services concernés sur ce phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur. « Il s'agit de produits dangereux qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé de leurs utilisateurs », affirme un commerçant de M'dina Djedida, qui ajoute à l'occasion que cette concurrence illégale se répercute négativement sur leurs chiffres d'affaires de plus en plus en baisse. « Il est devenu presque impossible aujourd'hui de vendre un produit de qualité lorsque, en face, le même produit imité et cédé à 10 dinars », signale notre interlocuteur, qui affirme qu'il s'agit là de produits incontrôlés dont personne ne connaît les composants, ni l'usine où ils ont été fabriqués. Face à la prolifération de ces revendeurs, les services de police, maintiennent une pression permanente ces derniers jours.

Rafik M
Mardi 12 Février 2013 - 09:43
Lu 267 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+