REFLEXION

SONATRACH : Sur le chiffre d’affaire 2015, contraction de 43% par rapport à 2014

Je me félicite que mes prévisions parues dans plusieurs contributions nationales et internationales ont été vérifiées par le PDG de Sonatrach , un discours de vérité au même titre que le discours récent du Ministre de l’Energie sur la nécessaire révision des prix à travers un débat serein sur les subventions qui doivent être ciblées et non généralisées.



Cela contredit  les discours  euphoriques qui ont induit en erreur les plus hautes autorités du pays.   Je cite le PDG de Sonatrach dans  sa déclaration officielle le 26 juin 2016  « avec des prix moyens de pétrole qui ont reculé pour passer de 99,41 dollars en 2014 à 52,13 dollars en 2015, le chiffre d'affaires à l'exportation de la Sonatrach a baissé à 33,19 milliards de dollars en 2015 contre 58,45 milliards de dollars en 2014 (moins 43%) ». Je rappelais dans ces mêmes colonnes que le chiffre d’affaire fin 2015 s’établirait  à environ 34 milliards  de dollars, le PDG donne 33,19 milliards de dollars. Mais attention, c’est le chiffre d’affaire. L’on doit retirer 20% de charges ce qui nous donne 27 milliards de dollars de profit net en précisant que la baisse d’un dollar en moyenne annuelle occasionnant une perte pour l’Algérie d’environ 600 milliards de dollars. Le prix du gaz est indexé sur celui du pétrole et  le seuil de rentabilité se situe selon les  grands gisements anciens et nouveaux, les petits gisements anciens et nouveaux entre 10/20 dollars le baril. A 40 dollars, en moyenne annuelle,  le profit net  de Sonatrach s’établirait à 21 milliards de dollars.
1.- Quant au taux de récupération, du fait  de vieux gisements d’Hassi RMel et d’Hassi Messaoud selon l’avis unanime des experts en énergie, et s’en tenant aux normes internationales, la rentabilité et le niveau du taux dépendra des investissements engagés et du vecteur prix international, un bas prix entrainant un taux de récupération bas. En collaboration  d’éminents experts algériens et étrangers, J’y reviendrai plus tard sur ce dossier complexe et éminemment technique afin de ne pas  induire en erreur les autorités du pays. Il s’ensuit  qu’avec 40/50 dollars, l’Algérie devrait connaitre d’importantes tensions budgétaires, bien qu’une plus grande rigueur budgétaire permettrait à l’Algérie de fonctionner à ces cours. L’économie diversifiée si de profondes réformes structurelles sont  entamées en 2016 ne verra pas le jour avant 2020. Un discours de vérité s’impose loin de toute sinistrose. L’on devra impérativement faire ses réformes si l’on éviter un retour au FMI 2018/2019.  C’est que   l’Algérie est confrontée à la perspective d’épuisement de ses réserves, donc à la nécessaire transition énergétique. Le communiqué du conseil des ministres, en date du 6 octobre 2015, a fourni un état des lieux. La production d’hydrocarbures, qui avait plafonné, en 2007, à 233 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), a, par la suite, connu une régression continue pour atteindre 187 millions de TEP en 2012, avant d’amorcer une légère hausse l’année suivante. La consommation nationale de produits énergétiques a quasiment doublé entre 2000 et 2014 (elle atteint 51 millions de TEP), et les réserves d’hydrocarbures s’élèvent à 4.533 millions de TEP (soit 44% des réserves récupérables initiales), dont 1.387 millions de tonnes de pétrole et 2.745 milliards de mètres cubes de gaz naturel. Etant entendu que le niveau des réserves se calcule en référence au coût, au vecteur prix international et de la concurrence des énergies substituables pouvant découvrir des milliers de gisements mais non rentables.
2.- Au rythme de la dépense actuelle, même une augmentation de 10% en 2016 annoncé par le PDG de Sonatrach, de la production exportable, au cours moyen de 50 dollars ne donnerait qu’un chiffre d’affaire d’environ 3milliards de dollars, sans compter les bas prix du gaz prévu entre 2016/2020 ,  un profit net de 2,4 milliards de dollars couvrant quelques rubriques d’importations. Comment mobiliser les ressources financières suivant ces différents scénarios (se pose ici aussi la problématique de la rentabilité future des investissements projetés), le ministère de l'Energie vient de déclarer  que les programmes d’ investissement   serait d’environ  73 milliards de dollars entre 2015/2020 sans compter  plus de 20 milliards de dollars pour la même période pour Sonelgaz: endettement ou puisement dans les recettes de Sonatrach donc baisse des réserves de change, et que restera-t-il aux autres secteurs ? En rappelant que toute décision stratégique relève du Conseil national de l'Energie présidé par le président de la République,  un nouveau modèle de consommation énergétique,  liée à une autre vision de la politique industrielle (à quel prix de cession d’énergie pour les unités installées),  des infrastructures/habitat, et de nouveaux comportements des consommateurs,  s’impose  en urgence. Il doit  reposer sur un Mix   tenant compte des nouvelles mutations énergétiques mondiales entre 2020/2030, loin du modèle de consommation linéaire du passé, l’actuel en Algérie accélérant l'épuisement des réserves  du pétrole et du gaz traditionnel, au rythme de la consommation intérieure (à horizon 2030, la population atteindra 50 millions d'habitants).  
NB-Professeur Abderrahmane Mebtoul  expert international, a été directeur d’études au Ministère Energie/Industrie de 1974/2007, ayant dirigé des audits  stratégiques plus haut niveau de l’Etat sur l’énergie, publié de nombreuses contributions internationales sur les stratégies énergétiques  et membre de plusieurs institutions internationales. Le problème de la  réforme en Algérie a été largement développé par  l’auteur depuis de longues années  dans la revue financière mondiale Euro-Money, Londres, septembre 1998, réactualisé 2003 reproduisant la conférence du même auteur organisé par cet organisme au Caire en 1999.Voir du même auteur l’article publié dans le Washington Times, USA, juin 1999, et la revue internationale Gaz d’aujourd’hui, novembre décembre 2002, la revue management HEC Montréal 2010- deux directions d’études à l’Institut Français des Relations Internationales IFRI   Paris/France( novembre 2011 et décembre 2013) Conférence du professeur Abderrahmane Mebtoul, direction générale sûreté nationale école supérieure de police Alger 15 mai 2015 « chute du cours du pétrole et impacts sur les équilibres macro-économiques et macro-sociaux »  Ces analyses reprennent  la conférence sur le même thème du Docteur A. Mebtoul à l’Académie militaire Inter- Armes de Cherchell- aux Université de Constantine et Annaba , à l’école nationale d’administration Alger- à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou , de Bejaia, et à l’Université d’été de Hassi Messaoud  et ce entre 1999/2002 sur « enjeux des acteurs et problématique des réformes et la Démocratie en Algérie face au processus de la mondialisation » ronéotypés dans l’ouvrage du même titre de l’auteur à l’office des publications universitaires – OPU- Alger (2 tomes 540 pages 2002).

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Dimanche 6 Novembre 2016 - 17:10
Lu 444 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 17-10-2017.pdf
8.41 Mo - 16/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+