REFLEXION

SOLIDARITE RAMADANESQUE : Le wali inspecte les restos de rahma

Soucieux de réussir l’opération de solidarité tel que le requiert ce mois de piété, monsieur Temmar Abdelwahid a effectué hier durant l’après-midi une petite sortie d’inspection et de travail l’ayant amené au quartier général du Croissant Rouge en plein centre-ville, avant de faire une virée dans l’un des plus défavorisés quartiers de la cité, El-Houria en l’occurrence.



Mais d’abord, c’est au resto du cœur que l’organisme du CRA assure le temps d’un mois de ramadan, que le Chef de l’Exécutif s’est rendu accompagné de plusieurs responsables, pour constater de visu l’état des lieux, et la qualité du régime alimentaire offert à travers les restos de rahma à ses habitués entre autres passagers de fortune. Ce quartier général du Croissant Rouge ouvre ses portes aux environs de 08h, l’heure d’arrivée de quelques fonctionnaires mais aussi de beaucoup de membres dans le cadre du bénévolat. Le cas de la jeune charmante bénévole Yasmine Bahos, à peine les 22 ans entamés, titulaire d’une licence en maths svp, et qui pourtant ne fait pas de chichi mais bien au contraire tient coute que coute à faire part de l’équipe désintéressée de ce resto pour gagner ce qui n’a pas de prix, la serviabilité dans le cadre de la bienfaisance. Et pour ce faire, ces membres doivent se réveiller tôt pour parer aux préparatifs ainsi qu’aux achats, avant d’entamer l’autre volet de cuisine assurée par pas mal de bonnes expérimentées cuisinières à leur tête un véritable cordon bleu appelé pour l’occasion afin de bien pimenter les plats offerts aux pauvres, aux démunis ainsi qu’aux gens de passage. Le resto fait déjà le plein depuis la première journée de ce plus long ramadan de toute l’année. « 120 personnes », nous soufflera l’un des membres du CRA, « entre femmes et hommes ». Le même chiffre donné apparemment à monsieur le Wali le suscitant à poser la question : « Mais qui sont ces gens-là ? Quelles sont leurs conditions » ? Et à un des responsables du CRA de rétorquer : « par discrétion je n’ai pas osé le leur demander monsieur le Wali ». Ce qui fera dire monsieur Temmar : « L’utilité de connaitre ces gens-là, au moins ceux de la ville, est dans le but de continuer à leur égard cette action de solidarité. Que celui qui fait le bien, le fasse durant Ramadhan et après Ramadhan ». Enfin, un plus loin, le Wali s’est intéressé toujours dans le cadre de l’opération de solidarité avec les familles nécessiteuses, à la distribution des couffins de ramadhan dont trois ont été accordés pour trois familles démunies résidantes dans une vieille maisonnette à la cité El-Houria. Il s’agit d’une veuve âgée de 70 ans sans ressource, et d’une pauvre famille d’une cancéreuse composée de 6 enfants, ainsi qu’une troisième famille composée de 5 enfants à la charge d’un père journalier. La petite opération de distribution de ce couffin garni de 14 articles, est venue pour donner aux responsables et élus concernés par cette grande entreprise le bon exemple sur l’exactitude du bon choix de familles. Les mêmes responsables ont été également appelés à suivre et à contrôler les restos de rahma pour rendre à César ce qu’il lui appartient. 

Ilies BENABDESLAM
Dimanche 28 Mai 2017 - 19:18
Lu 353 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 22-11-2017.pdf
3.42 Mo - 21/11/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+