REFLEXION

SOIT ILS QUITTENT LEURS LOGEMENTS DE FONCTION, SOIT ILS NE SERONT PAS PAYES ! : Sous les menaces, des enseignants retraités interpellent le wali de Mostaganem

Parce qu’ils ont refusé de libérer leurs logements de fonction, les enseignants retraités sont sommés de quitter les logements sinon ils ne percevront plus leurs pensions de retraite…a averti la direction de l’éducation selon certains enseignants qui ont choisi ‘’Réflexion’’ pour interpeller le wali de Mostaganem sur les menaces de leur tutelle.



 ‘’On ne peut être trahis que par ses proches’’, doivent penser ces retraités venus à notre rédaction pour exprimer leur déception et dénoncer ce qu’ils qualifient d’injuste. Des ex fonctionnaires de l’éducation qui ont préféré garder l’anonymat, par crainte de représailles se sont rapprochés de notre rédaction pour réclamer le payement de leurs pensions, pris en otages par les services de l’éducation, à travers les colonnes de notre journal.
Ces ex travailleurs de l’enseignement qui ont travaillé presque toute une vie se consacrant au service de la nation se disent déçus et bafoués dans leurs droits. Ils déclarent que l’origine de ce blocage, selon eux, serait due à la non-libération des logements de fonction qu’ils occupent. Ils ajoutent que la direction de l’académie aurait refusé de signer les décisions de fin d’activité, lesquelles doivent-être déposées au niveau de la CNR (Caisse Nationale des Retraites) qui se chargera de la liquidation définitive de leurs dossiers de retraites et procèderait ainsi au virement de leurs pensions. Ces travailleurs usés par le labeur, l’âge ,et le temps passé dans les écoles à aider et former les écoliers qualifient une telle décision de plus que regrettable, pour ne pas dire déplorable les mettant ainsi dans une situation embarrassante et de précarité très inconfortable pour cause, comme ils nous l’ont rappelés, ce défaut de paiement influe beaucoup sur leur quotidien,  en matière de dépenses relatives à leurs besoins nécessaires et vitaux, et très particulièrement également à ceux de leurs familles qui ont besoin d’être prises en charge. Selon ces retraités sans pension, une telle ‘’action incivique’’ pourrait être considérée en tous points de vue comme un véritable chantage. Alors que rien ni personne ne peut justifier ce blocage des pensions de retraite qui est un droit sacré et acquis accordé par l’Etat aux travailleurs ayant cotisé toute la durée de leur carrière, en contrepartie d’une jouissance à la retraite prise en charge par la CNR, et également à une couverture sociale assurée par la sécurité sociale. Ces personnes, qui déplorent que leur fin de carrière soit marquée par une telle déception, rappellent qu’il devrait y avoir une loi qui statuerait sur leur cas dans le cadre de la libération des logements de fonction accordant au moins un délai à leurs ex-travailleurs.    

 

Riad
Vendredi 25 Septembre 2015 - 16:56
Lu 1511 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+