REFLEXION

SITUATION EN LIBYE : Alger étudie la création d'une force d'intervention africaine

Alors que la France, cherche toujours à avoir une mainmise sur les anciennes colonies africaines, le Mali, le Niger, la Libye, notamment celles qui sont riches en ressources minières, telle l’Algérie qui, contrairement à d’autres pays arabes, elle n’a pas été court-circuitée par le printemps arabe grâce à la bonne gouvernance du président Bouteflika et la sagesse du peuple Algérien de ne plus revenir aux années 90 ? L’Algérie compte créer une force d'intervention nord-africaine sous l'égide de l'Union africaine pour contrer à toute menace terroriste et limiter et briser le rêve de Hollande: ‘ ‘La Françafrique ‘’.



L'Algérie, loin des fanfares diplomatiques et loin des micros et des caméras des médias, étudie la possibilité  de créer une force armée interafricaine, composée de plusieurs pays d'Afrique du nord. Un projet qui a été  déjà au cœur des discussions, entre le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra et le président égyptien Abdelfattah Al Sissi au Caire. La nouvelle entité devrait intégrer, logiquement, l'Egypte et serait placée, comme le souhaite la diplomatie algérienne, sous l'égide de l'Union africaine, excluant de facto toute participation du Maroc. Rappelons, qu’une coalition similaire a été créée en 2009 à l'initiative algérienne, composés de l’Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Niger et le  Tchad  pour mettre en exergue un agenda politique et sécuritaire pour faire régner la stabilité au Sahel , mais , elle n'a pas fait long feu. La faiblesse de certains de ces  pays membres et l'intervention militaire française au Mali ont précipité son acte de décès. Tirant les leçons de cet échec, l'Algérie a tenu cette fois à intégrer l'Egypte dans le tour de table du futur projet. D'autant  plus que le ‘’dio’’ Alger – Caire, coopèrent déjà -aux côtés de la Tunisie dans la lutte contre les mouvements islamistes installés en Libye. La constitution d'une telle force d'intervention est le cheminement logique de la mise en place par l'Algérie, il y a quelques mois, d'une enseigne appelée les "Pays voisins de la Libye" qui réunit le Tchad, le Soudan, l'Egypte, la Tunisie, le Niger et l'Algérie. Le groupe affiche dans son compteur quatre réunions au niveau des ministres des Affaires étrangères dont la dernière a eu lieu, justement, le lundi 25 août au Caire. La mise en place d'une telle force "se veut une mesure provisoire en attendant que (le projet de) Force africaine en attente soit totalement opérationnelle", a poursuivi Ramtane Lamamra. Les dirigeants africains discutent depuis des années de cette Force africaine. Déjà, les dirigeants africains affichent dans leur compteur quatre réunions au niveau des ministres des Affaires étrangères dont la dernière a eu lieu, le 25 aout dernier, alors que la prochaine réunion sera à Khartoum, toutefois la date n'est pas encore fixée. Les ministres des affaires étrangères  africains réunis en sommet appelé  "Pays voisins de la Libye" qui composent le Tchad, le Soudan, l'Egypte, la Tunisie, le Niger et l’Algérie, le lundi 25 août au Caire, initient la constitution d'une force militaire d'intervention africaine

Riad
Dimanche 31 Août 2014 - 18:19
Lu 755 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+