REFLEXION

SIDI EL BACHIR (ORAN) : Des habitants réclament le transport et des actes de propriété

Les habitants du quartier de Sidi El Bachir relevant administrativement de la commune de Bir El Djir, à l’Est de la wilaya d’Oran, dont le nombre avoisine les cent mille âmes, souffrent de nombreuses absences de commodités liées à leur cadre de vie quotidien.



Notons que ces préoccupations qui selon eux, les perturbent sont d’une importance capitale. Les  réclamations prioritaires concernent l’état des routes qui ont besoin de bitumage pour faire disparaître les usures apparentes et qui présentent pour les résidants un grand cauchemar, qui craignent la chute d'averses pendant la saison froide d'hiver, transformant les routes et les avenues en bourbier. Le manque de transport, l’absence de structures nécessaires, des lieux de loisirs et de divertissement sont également à l’ordre du jour. Les résidents demandent aussi le règlement du dossier épineux de l’immobilier à savoir la régularisation et/ou l’attribution  des actes de propriété pour les propriétaires de logements, pour plus de 60 % de locataires dépourvus de contrats de propriété selon eux. D'autre part, les habitants de Sidi El Bachir, un quartier qui a connu au cours de ces dernières années une importante démographie urbaine, souffrent du problème de l'absence de couverture médicale complète,  du renforcement de la sécurité qui est également sollicité dans cette région où les agressions et les vols à la tire sont répandus même en plein jour. En d’autre terme renforcer la sécurité afin d’éviter les agressions qui contribuent à la hausse du taux de criminalité dans la région. Parmi les besoins les plus importants et urgents que les résidents de ce quartier demandent spécifiquement dont les sites  82 et 31 ainsi que les agglomérations « d’El Hmar », et « Chato »,  c’est la couverture en   réseaux de gaz de ville, qui est l'une des premières préoccupations. Dans le même contexte, les habitants du quartier de Sidi El Bachir, attendent également l'éclairage public du centre du quartier, et aussi le règlement du problème du transport qui reste une préoccupation majeure, pour la population de ce quartier. Les citoyens espèrent la dotation de leur quartier en bus de transport qui font cruellement défaut, ce qui oblige les passagers à attendre plusieurs heures sur les trottoirs, ce qui pousse  la majorité d’entre eux, d’avoir recours au taxi   « clandestin » qui les saigne à blanc en matière de paiement. Cette demande de moyen de transport concerne en particulier environ 4000 habitants vivant à proximité du cimetière, ne disposent d’aucune ligne de liaison qui leur garantit le déplacement jusqu’à la station d’arrêt « El Morched ». Pour le cimetière, la habitants riverains demandent  par le biais de leurs représentants, la construction d’une salle de prière à l'intérieur de ce dernier, ainsi que l'intensification des espaces verts qui se comptent sur le bout des doigts au milieu de la construction des bâtiments et des logements en parallèle avec l'absence de maisons de jeunes ou tout autres structures servant d’activités culturelles pour les jeunes du quartier

Touffik
Lundi 6 Avril 2015 - 17:27
Lu 641 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+