REFLEXION

SIDI BELATAR : Les jeunes otages de l’oisiveté

C’est pendant les vacances d’été que l’ennui et l’oisiveté atteignent leur summum. Dans la commune de Sidi Belatar, située à 25 kilomètres du chef-lieu de la wilaya, la jeunesse est livrée à elle-même.



SIDI BELATAR : Les jeunes otages de l’oisiveté
Et pour cause : l’absence d’animation, de distractions et de loisirs particulièrement pour cette frange de la société qui reste majoritaire dans la commune. Il s’agit d’une région où le quotidien des jeunes est synonyme d’ennui. « Les vacances scolaires sont à nos portes, on se demande déjà comment vont-ils passer cette période des grandes vacances ? », s’interroge un jeune lycéen dont les parents, à l’instar de la majorité, ne peuvent se permettre des vacances ailleurs. Les cafés maures restent la seule destination de ces jeunes qui passent leurs journées à parler de tout et de rien. En plus, en été, les journées, aussi bien que les soirées sont très longues. Ce qui ne fait qu’exacerber ce climat insupportable. La jeunesse de la commune de Sidi Belatar, qui compte environs 10.000 habitants, a toutefois la chance de se trouver à 6 kilomètres de la plage de « Sokhra ». Ce qui leur permet de profiter un tant soit peu des plaisirs de la mer. Mais là aussi, il faut dire que ce n’est pas évident car la plage de « Sokhra » est connue pour être trop exigüe et souvent bondée de monde, ce qui rend sa fréquentation guère profitable surtout pour des personnes qui s’y rendent depuis leur petite enfance. Le mouvement associatif est quasi-inexistant dans la localité, ce qui induit l’absence de l’organisation d’activités à même de semer la gaité dans les cœurs, comme cela se fait dans quelques régions de la wilaya. De temps à autres, pour briser un tant soit peu la routine, des jeunes se mobilisent et organisent des tournois de football, qui drainent des centaines de personnes et qui enregistrent l’adhésion de la majorité des grands douars, à l’instar d’Ouled Safi et autres. L’Assemblée populaire communale a pris la louable initiative de bâtir une belle bibliothèque communale dans le cadre du plan quinquennal. Mais, bien que la réalisation de l’infrastructure soit terminée, cette dernière tarde à ouvrir ses portes. Seules les fêtes de mariage restent une échappatoire pour ceux qui veulent respirer la vie d’une autre manière.

Charef
Mercredi 15 Juin 2011 - 10:44
Lu 605 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+