REFLEXION

SERVICES FORESTIERS D’AIN TEMOUCHENT : Un acteur impliqué dans le développement économique et social

Selon M. Zerhouni Abdelkrim, Chef de service chargé de la gestion du patrimoine, des études et de la programmation au niveau de la direction de la conservation foncière de la wilaya d’Ain-Temouchent, qui affirme que seulement 12% de la superficie forestière est couverte à l’échelle de la wilaya.



SERVICES FORESTIERS D’AIN TEMOUCHENT : Un acteur impliqué dans  le développement économique et social
Néanmoins, des efforts sont consentis par les services forestiers avec l’apport de la direction générale des forêts et des autorités locales, ainsi que tous les secteurs confondus, pour aboutir à un taux de 25% dans les années à venir. Actuellement, les efforts sont axés plus sur les opérations de reboisement, de différentes plantations rustiques, fruitières, avec la réalisation de projets de fixation des berges. Au plan sectoriel, il est envisagé des objectifs techniques et scientifiques, marqués notamment par le traitement des bassins versants, leur protection avec une délimitation forestière. C’est ainsi que dans ce même cadre sectoriel, qu’il a été délimité et réalisé des projets de 37 périmètres à travers la wilaya dont 18 périmètres agricoles sur les territoires des 18 communes, englobant une superficie de 237.689 hectares. De même, 04 périmètres recouverts de forêts au niveau de 04 communes où les services forestiers procèdent à leur traitement, leur gestion, et l’extension du patrimoine forestier. Les services des forêts s’impliquent également dans le développement agricole en valorisant 15 périmètres au niveau des 15 communes. En matière de développement rural, les services forestiers de la wilaya, avec les autres secteurs, améliorent les conditions de vie de la population rurale dans un cadre de vie économique et social tout en veillant sur la priorité de la femme rurale, la création de nouveaux postes d’emploi, sur l’amélioration des revenus de la population rurale, et l’augmentation de la production agricole. Ces conditions devant, bien entendu, permettre une sédentarisation de la population rurale. Le PPDRI qui est le facteur moteur du développement rural, les services de la direction générale des forêts, pour réussir les projets inscrits et programmés dans le quinquennal 2010/2014, a procédé à la formation des cadres formateurs qui sont chargés de former les acteurs impliqués dans le PPDRI, notamment dans le montage financier et technique des projets de proximité touchant tous les secteurs, par, notamment, les agents forestiers facilitateurs, et les animateurs représentants des habitants ruraux, ainsi que les porteurs de projets, c’est-à-dire les bénéficiaires des projets dans le cadre du développement rural, et durant la journée du 30 mars 2011. La formation a touché également les membres de la cellule d’animation rurale de la commune, ainsi que ceux de la daïra, et ce à l’ITMA d’Ain-Temouchent. Dans le même cadre, il est programmé des formations similaires avec tous les autres secteurs confondus pour assurer une bonne coordination assurant la bonne réussite de la réalisation des projets. Trente huit projets PPDRI ont été validés et approuvés durant l’année 2011. En ce qui concerne le contrat de performance, durant le quinquennal 2009/2014, 96 projets PPDRI, se répartissent comme suit: 16 projets ont été réalisés à travers 16 communes de la wilaya en 2009, 35 projets réalisés à travers 16 communes en 2010, et par ailleurs, en 2010, 35 projets sont en cours de réalisation, tandis qu’en 2011, 38 projets PPDRI sont retenus pour être réalisés, et en 2012, des projets sont en cours d’études et de réalisation à travers les différentes communes de la wilaya concernés par les PPDRI. En ce qui concerne l’impact des PPDRI parmi la population concernée, les projets ayant débuté en 2009 ont été réalisés à travers 05 daïras, 13 communes et 13 localités, et ayant touché 2317 ménages, 16639 habitants, 1860 emplois générés dont 510 permanents. Dans le domaine du désenclavement des espaces 860, ha ont été réalisés, 7036 espaces traités. Notre interlocuteur nous a rappelés, que durant la période variant entre 2009 et 2011, 89 PPDRI dont 16 réalisés, alors que l’objectif tracé est de l’ordre de 47 seulement, alors qu’on l’a dépassé de 42 projets PPDRI. Il est souhaité par les services forestiers une rallonge d’ici à l’année 2014 pour assurer un développement rural durable. En ce qui concerne la protection des superficies forestières, des opérations de nettoiement, d’élimination des déchets, l’aération des forêts et leur éclaircissement, il existe trois types de cet effet,1sectoriel d’une superficie de 500 ha, 05 chantiers dans le cadre TIPHIMO, et le DAIP employant des jeunes dans ce cadre assurant la durabilité des forêts tout en luttant et prévention des maladies qui affectent les arbres ou les arbustes. Les services de la conservation des forêts de la wilaya envisagent d’impliquer la population carcérale dans l’entretien, la protection et le reboisement des sites forestiers, et qu’il sera, selon Mr Zerhouni Abdelkrim, soumis aux responsables concernés des modalités de fonctionnement.

Les sites récréatifs cadastrés:
Les services forestiers de la wilaya ont exécuté des projets d’aménagement de 06 forêts récréatives se répartissant comme suit : forêt « Camérada », implantée dans la commune de Sidi Safi (daïra de Béni-Saf) avec 12 ha, 42 ares, et 47 centiares. La forêt « Sassel », implantée dans la commune d’Ouled-Boudjemâa (daïra d’El Amria) avec 14 hectares, 61 ares, et 25 centiares, la forêt « Rachgoune » dans la commune et la daïra de Béni-Saf couvrant une superficie de 13 hectares,47 ares, et 50 centiares, la forêt « Ain-El-Arba » située dans la commune et la daïra d’Ain-El-Arba, avec 11 hectares, 21 ares et 81 centiares, la forêt « Siga » implantée dans la commune et la daïra d’Oulhaça avec un hectare, 69 ares et 81 centiares, la forêt « Sidi-Ali Chérif » implantée dans la commune de Chentouf (daïra de Hammam-Bou-hadjar) couvrant une superficie de 04 hectares, 27 ares et 76 centiares. Certaines forêts connaissent un taux d’avancement de 90% dans leur réalisation particulièrement celles d’Ain-El-Arba et de Rachgoune. Il est proposé par les services de la conservation foncière, la réalisation d’une autre forêt d’une superficie de 25 hectares sur la forêt du littoral de la commune d’Ouled-Boudjemaa et M’SAID, couvrant une superficie au total d’environ de 4225 hectares. Notre interlocuteur a conclu son intervention en nous informons que la wilaya d’Ain-Temouchent possède un taux de 56% des terres en collines et en montagnes, et ça nécessite beaucoup d’efforts pour prévenir nos terres agricoles des répercussions de l’érosion avec la réalisation des projets des fixations de berges, du désenclavement et avec un plan de reboisement étudié propre aux sites forestiers ou agricoles.

B.Abdelgheffar
Mardi 12 Juillet 2011 - 11:04
Lu 782 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+