REFLEXION

SENATORIALES A MOSTAGANEM : Transactions et indécence dans les coulisses

Des clans, dit-on sillonnent ces jours-ci, les localités du Dahra pour l’obtention de la fameuse « voix d’or » des élus de la région. Trois clans sont pour le moment sur le terrain, le premier serait proche de l’administration, un autre roule sous tutelle de la Mouhafadah du FLN et un troisième celui de la « Ch’kara, dont le cerveau est vide et le sac bien rempli ».



SENATORIALES A MOSTAGANEM : Transactions et indécence dans les coulisses
Ces clans se disputent un poste de sénateur à la chambre haute en utilisant tous les subterfuges, mais qui, les uns comme les autres, n’arrivent toujours pas à comprendre que les citoyens en ont vu de toutes les couleurs avec eux. Basta ! Les habitants du douar Djebabra en sont le meilleur exemple, ils en ont ras-le-bol, ce n’est pas fortuit s’ils manifestent leur colère à la veille des élections sénatoriales qui, pour toute la population, elles demeurent entachées par l’argent sale de la corruption et les agissements malsains de certains nouveaux débarqués dans la politique qui n’ont aucun sens de la décence et du respect, c’est le dérapage total. Actuellement, les rumeurs font état de cas de vente et d’achat à travers la wilaya de Mostaganem, de voix en prévision du renouvellement partiel su sénat, des candidats commencent à effectuer des transactions pour se payer une place à la chambre haute, c’est de la honte tout simplement. L’affairisme politique semble primer sur tout le reste pas seulement sur l’intérêt partisan, car ce dernier en pareille circonstance est complètement ignoré et n’a aucune raison d’être, c’est de l’aberration pure. Des comportements fallacieux et spécieux qui n’ont rien à voir avec le sénat encore moins avec la politique au point d’ailleurs où les directions des partis politiques trouvent beaucoup de peine à contrôler certains militants et élus décidés à s’offrir quelque soit le prix une place au soleil. Tout compte fait, les Mostaganémois savent pertinemment qu’un sénateur ou un député ne sont au fait, capables de rien et resteront toujours à la merci de ceux qui leur ont permis d’accéder à ces deux chambres, dissimulés derrière l’immunité parlementaire pour en faire le « Zorro » chez eux. C’est vraiment dommage pour l’Algérie et pour Mostaganem. Un jeune villageois, traînant dans le hall de la mairie, dossier à la main, criait à qui pouvait l’entendre : « Quelqu’un pourrait-il me dire à quoi sert un député ou un sénateur en Algérie ?» Aucune réponse, personne n’en dit mot, un silence de mort dans le hall, alors le jeune leva la main et lança : « Moi, je le sais ». Et d’ajouter : « A rien, sinon servir leurs maîtres et bien se servir surtout ». Voilà ce que pensent désormais les citoyens de Mostaganem de leurs représentants aux deux chambres. Est-ce la vérité ? Pour la majorité écrasante en tous cas, c’est oui, alors que faut-il faire ? Une seule réponse demeure valable dans ces cas, ne plus faire confiance à ces gens et ne plus voter pour eux jusqu’à ce que les choses changent. « A beau mentir qui vient de loin » d’accord, mais à beau mentir qui vient de chez nous, cela n’a jamais existé.

Ahmed Mehdi
Mercredi 11 Novembre 2009 - 00:01
Lu 522 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+