REFLEXION

SEMINAIRE REGIONAL ORGANISE PAR LE LABORATOIRE LAD-PHARMA : La prise en charge de l’ulcère du pied en débat



Du diabétique en débat jeudi dernier, le laboratoire lad pharma a organisé un séminaire régional, portant sur le traitement et la prise en charge de l’ulcère du pied du diabétique. Après l’allocution d’ouverture prononcée par le directeur marketing des laboratoires Lad-pharma, le professeur Samir Joucdar, chef de service de chirurgie plastique de l’EPH de Douéra, est revenu sur les différentes sortes de brûlures et leur prise en charge avec la crème cicatrisante HEBERMIN. En sus de son effet cicatrisant, Hebermin joue aussi le rôle d’antiseptique contenant le facteur de croissance épidermique humain (FCE hum) et la sulfadiazine argentique, expliquera ce même professeur. Fabriqué dans notre pays par Lad Pharma, ce produit, la crème Hebermin, est issu d’une recherche génétique et biotechnologique, en partenariat avec le laboratoire cubain Heber Biotec. Cette pommade assure le contrôle de la croissance cellulaire, antimicrobienne d’action bactériostatique et diminue les effets des traitements thérapeutiques. Pour sa part, Mme Ibis, représentante de Heber Biotec, a brossé l’expérience cubaine dans le domaine médical qui a progressé et évolué «grâce à la volonté du gouvernement cubain». Par ailleurs, la deuxième et importante intervention de ce séminaire portera sur la prise en charge du pied du diabétique par l’heberprot. Le professeur Joucdar a, quant à lui, insisté sur la prise en charge du pied du diabétique par une équipe multidisciplinaire. Tout en insistant sur l’efficacité du médicament HEBERPROT-P qui a fait ses preuves, il a ajouté qu’avec HEBERPROT-P qui contient un facteur de croissance épidermique, arrive à réduire la durée de la cicatrisation des ulcères diabétiques en réduisant le nombre de débridements chirurgicaux. Ce qui permet de réduire le nombre d’interventions chirurgicales ainsi que les récidives  et diminue le nombre d’amputations du pied diabétique. Le Pr Joucdar explique le mode d’emploi du médicament qu’on injecte directement dans la plaie. La durée moyenne du traitement est de six à huit semaines à raison de trois injections par semaine. Les résultats apparaissent au bout de la quatrième semaine avec des bourgeonnements sur la plaie. C’est en fonction du bourgeonnement que l’on peut mesurer le degré de la guérison. Comme il importe de rappeler et selon des sources médicales qu’entre 5% et 10% de diabétiques souffrent de lésions au pied et 6 à 8% subissent une amputation. Les atteintes au pied (complication du diabète) constituent 10 à 20% des motifs d’hospitalisation au service de diabétologie. 

Medjadji H
Mardi 5 Mars 2013 - 08:56
Lu 1506 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+