REFLEXION

SEMINAIRE REGIONAL DE LA SANTE MENTALE A ORAN : 27 mille personnes souffrent de troubles mentaux

Les participants au septième séminaire régional de la santé mentale qui s’est déroulé avant-hier à l’institut de technologie de la santé publique ont posé le problème de l'absence de bonne formation pour les médecins spécialistes dans les maladies mentales, d’où ils sont confrontés à une série de difficultés dans l'exercice de leurs fonctions en termes de traitement avec le patient, ceci est en plus de l'absence de centres de formation.



Dans ce domaine, le Professeur « Kacha »,  a clairement précisé  que les diplômés des universités en psychologie, doivent suivre une formation pour une longue période par des médecins spécialistes et expérimentés, avant-même d’assumer leur responsabilité, en notant que le médecin doit avoir besoin d’un commandant de bord qui le guide et lui  enseigne les techniques de travail, ainsi que la formation de 3 semaines n'est pas suffisante. D'autre part, le symposium est venu cette année sous le thème de la santé mentale en Algérie, qui a été animé par un groupe de médecins spécialistes des maladies mentales au niveau régional, à l’exemple d’Alger, Mascara, Tizi Ouzou, Relizane,  et autres,  organisé par l'hôpital psychiatrique de Sidi Chahmi,  où l'objectif derrière la mise à niveau de  ce  symposium est d'inculquer une culture de traitement des patients souffrant de troubles mentaux, ainsi que le processus de leur prise en charge. Et dans le même contexte,  un professeur en sociologie à l’université d’Oran, a précisé, dans son intervention que l'Algérie dispose actuellement de 188 centres qui permettent  le suivi des patients qui souffrent de troubles psychologiques et mentaux dont neuf sont situés au niveau des polycliniques de la wilaya d'Oran, qui sont dotées de psychiatres et de spécialistes des maladies mentales qui prennent en charge les patients qui affluent vers les centres, et pour les cas difficiles, ils seront transférer directement vers  l'hôpital psychiatrique de « Sidi Chahmi ». Selon la même source, l’hôpital psychiatrique de « Sidi Chahmi » sera toujours ouvert pour  les malades, malgré l'ouverture du nouvel hôpital de Oued Tlelat qui sera livré au mois d’août prochain, ce qui facilitera la pression sur l'ancien hôpital, notamment avec le nombre croissant des personnes atteintes de ces maladies mentales, où les taux augmentent chaque année, comme il a été recensé 27 mille cas, de personnes qui souffrent de troubles mentaux en 2013.

Touffik
Vendredi 28 Février 2014 - 16:54
Lu 221 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+