REFLEXION

SELON UN HISTORIEN A L’UNIVERSITE D’ALGER : 24 millions de pièces d’or d'Algérie, détournées par l’armée française, jamais rendues



La dette contractée auprès de l’Algérie par la France se chiffre à 24 millions de pièces d’or de l’époque, jamais rendues par la France, a révélé à Médéa, Dr Mohamed Amine Belghit, chef de département des sciences et de la civilisation islamique à l’université d’Alger.  Cette information, qui n’est pas la première de son genre, qui a été rapportée hier par ‘’Info soir ‘’et le site Kabylie news , ouvre encore le débat sur les archives , les biens et les fortunes détournées par la France durant la période coloniale et qui sont toujours  sous séquestre, en attendant que le pouvoir algérien intervienne pour  réclamer les fortunes  de l’Algérie volés au nom du colonialisme français. Intervenant lors d’une conférence sur le thème «les crimes coloniaux en Algérie» qu’il a animé à l’occasion de la journée du chahid, l’historien a indiqué que cette dette n’a pas été restituée à ce jour, affirmant que celle-ci représente une «partie infime des avoirs, sous forme d’argent ou de biens précieux, détournés par l’armée d’occupation, au cours des premiers mois de l’invasion». Il a estimé que le montant de ce préjudice financier est «plus important», eu égard, selon lui, au volume réel des biens et objets précieux transférés illégalement vers le continent européen, au lendemain de l’occupation. L’universitaire a, à ce propos, cité le transfert «à bord de cinq navires français, de quantités importantes de pièces d’or, de bijoux, d’objets précieux et quelque trente mille fusils d’une valeur inestimable, sur ordre des officiels français de l’époque, dont une partie a été reversée au Royaume Uni pour son soutien à cette campagne coloniale». Il a indiqué qu’une première tentative a été menée, en 1955, à l’occasion du sommet des pays non alignés, à Bandung (Indonésie), en vue de la restitution de ces biens, mais la requête est restée «lettre morte en raison du contexte géopolitique de l’époque». Des exemples de crimes abjects commis par l’armée coloniale au lendemain de l’invasion de l’Algérie ont été évoqués par le professeur Belghit, lors de cette rencontre, citant l’enfumade, en 1834, de près de 900 habitants du village d’El-Frachiche, dans la localité de Ténes, qui s’étaient réfugiés dans une grotte pour fuir la barbarie coloniale. D’autres atrocités, perpétrées par des officiers de l’armée coloniale, parmi lesquels les colonels Cavaignac, Saint-Arnaud, de Rovigo ont été également rapportées par cet historien, telle que la tuerie de l’oasis des Zibans, en 1849, ou des centaines d’habitants furent exécutés de sang froid, ou encore, le massacre, quelques années auparavant, de 500 villageois de la région de Lakhdaria, par le colonel Saint-Arnaud, dans le cadre de la politique de la «terre brûlée» orchestrée par les autorités militaires coloniales en vue de mâter toute résistance populaire.        

 

Nadine
Dimanche 22 Février 2015 - 18:47
Lu 818 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+