REFLEXION

SELON LE UN RAPPORT REMIS RECEMMENT AU CHEF DE L’ÉTAT : Les services de sécurité conseillent à Bouteflika d’engager en urgence des réformes

Les services de sécurité ont conseillé au président Bouteflika d’engager en urgence des réformes pour contenir la colère sociale, selon un rapport remis récemment au chef de l’État.



SELON LE UN RAPPORT REMIS RECEMMENT AU CHEF DE L’ÉTAT :  Les services de sécurité  conseillent à Bouteflika d’engager en urgence des réformes
Ce rapport a été élaboré à la demande de Bouteflika lui même pour comprendre les raisons des émeutes qui ont marqué le pays début janvier 2011 et les contestations qui secouent plusieurs secteurs (santé, justice, collectivités locales, etc.). Il a été constaté que la colère populaire est liée à la hausse généralisée des prix des produits alimentaires et aux politiques poursuivies par le Premier ministre Ahmed Ouyahia. D’autre part le site d’Al Jazeera a annoncé que Bouteflika sera amené à se séparer de son Premier ministre. « Il doit nommer une autre personnalité qui sera mieux acceptée par la population. Des discussions sont toujours au niveau de la Présidence pour choisir cette personnalité », est il précisé. Il est également indiqué que le chef de l’État changera les ministres qui sont restés longtemps au sein du gouvernement. Comme il est annoncé que Bouteflika prononcera un discours, probablement le 24 février courant, à l’occasion de l’anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures. « Il y annoncera des décisions historiques en réponse aux exigences populaires. Il est attendu que le président confirme la levée définitive de l’état d’urgence », est il souligné. Par ailleurs, et selon la même source, le président Bouteflika a demandé à ce que l’on réponde clairement à la question relative à sa popularité, plus d’une année après le début de son troisième mandat. Les services de renseignements ont alerté les responsables politiques sur l’étendue du mécontentement populaire, sur la base d’enquêtes réalisées sur le terrain et de conclusions d’experts. Les rapports ont été remis aux autorités bien avant les émeutes meurtrières contre la cherté de la vie début janvier et même avant l’éclatement de la révolte en Tunisie. Ces rapports concernent tous les aspects, y compris la gestion de l’information et de la télévision.Le gouvernement a été destinataire de rapports détaillés sur la situation sociale en Algérie, conséquence de l’accumulation des problèmes sociaux, de la généralisation de lacorruption, de la bureaucratie tatillonne de l’administration et de l’opacité dans la distribution des logements sociaux, accaparés par les pistonnés et les clientèles du régime, au détriment des vrais nécessiteux. Les services de sécurité ont même fourni aux responsables politiques des propositions de sortie de crise et proposé des mesures sociales à prendre en urgence pour apaiser le front social. Il a été demandé par exemple aux responsables politiques au niveau central et local de communiquer davantage avec le citoyen, afin d’expliquer les efforts de l’État pour reconstruire le pays, résoudre la crise du logement et de l’eau. Les radios locales devaient servir de relais pour ces opérations de communication. Les services de sécurité ont également préconisé l’ouverture de la télévision au débat public. Mais au plan local, certains responsables, notamment des walis, ont refusé d’appliquer ces instructions. Dans le même temps, les services de sécurités se sont également bien préparés pour réprimer sans faire de victimes les manifestations et les marches contre le pouvoir. Ils ont profité des expériences tunisiennes et égyptiennes, mais aussi de leur propre expérience dans la lutte contre les mouvements de foule, notamment lors des émeutes meurtrières qui avaient endeuillé en 2001 la Kabylie.
Le président Bouteflika présidera un conseil des ministres demain
AU MENU : LEVEE DE L’ETAT D’URGENCE ET NOUVELLES MESURES POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME
Le président Abdelaziz Bouteflika présidera un conseil des ministres mardi 22 février. La réunion sera consacrée à la présentation de deux projets de décrets présidentiels. Le premier concerne la levée de l’état d’urgence et le second est lié à la lutte contre le terrorisme. Aucune indication n’a été fournie concernant le contenu de ces textes très attendus. Mais une autre source à que l'annonce de la levée de l'état d'urgence devrait intervenir à l'issue de ce Conseil des ministres.A l’issue du conseil des ministres tenu le 3 février, le président Bouteflika avait annoncé la levée prochaine de l’état d’urgence et des mesures pour adapter la lutte contre le terrorisme. Lors du conseil des ministres de mardi prochain, le chef de l’État évaluera également l’action des ministres et l’application sur le terrain des mesures sociales décidées le 3 février dernier. Le président Bouteflika devrait également annoncer de nouvelles mesures pour apaiser le front social en ébullition et absorber la colère de la population qui multiplie les manifestations dans la rue. Les nouvelles mesures concernent la lutte contre le chômage, le plafonnement des prix des produits de large consommation pour éviter de nouvelles émeutes contre la cherté de la vie semblables à celles de début janvier et l’allègement des conditions d’accès au logement.

Réflexion Réflexion
Dimanche 20 Février 2011 - 23:11
Lu 1448 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+