REFLEXION

SELON DES DOCUMENTS D'AQMI TROUVÉS A TOMBOUCTOU : Al Qaïda tente de se comporter comme une société multinationale

Aqmi veille à enregistrer toutes ses dépenses, des centaines de documents extraits d’un bâtiment de Tombouctou au Mali témoignent d'une comptabilité bien faite du groupe AQMI. Ce sont les documents révélés par l'agence et qualifié comme «l’un des plus gros stocks de documents d’al-Qaida jamais rendus publics» qui nous donne une idée sur cette obsession du détail financier qu'a Aqmi.



En fait, ces données « indiquent que loin d’être une organisation terroriste fragmentée, Al Qaïda tente de se comporter comme une société multinationale avec des économies d’échelles ». «Une bureaucratie rigide, avec son directeur général, son conseil d’administration et ses départements, telles que les ressources humaines ou les relations publiques. Les experts affirment que chaque branche du groupement terroriste reproduit la même structure sociétale, et que ce schéma strict a aidé al-Qaida non seulement à survivre mais aussi à s’étendre.» écrit l'AP rapporté par Laurent Pointecouteau sur Slate.fr.  Parmi les documents révélés, ces reçus de la vie quotidienne qui témoignent de la façon dont ont vécu les combattants d’Aqmi: « pour la plus petite chose ils voulaient un reçu », se souvient Mohamed Djitteye qui tient le Idy Market de Tombouctou et qui interrogé par AP précise: «même pour une boîte de Nescafé! »  A travers ces documents, l'AP a pu identifier le régime alimentaire des membres d'Aqmi qui serait " un régime à base de macaroni avec de la viande et des tomates ainsi qu’une grande quantité de lait en poudre". Les membres du groupe terroriste enregistrent les dépenses sur de petits papiers: gâteau à 0,60 dollar, savon à 1,80 dollar, balai pour 3 dollars et de l'eau de Javel pour 3,30 dollars; mais également 5 400 dollars d’avance donnés à un commandant ou 330 dollars nécessaires à l’achat de 3 300 cartouches de munitions. Par ailleurs, « Il est clair que les combattants ont également développé une politique de séduction de la population », écrit AP qui énumère diverses factures: 4 dollars pour « un Chiite avec un enfant malade » et 100 dollars pour aider un homme à se marier. Aqmi sait également rembourser la population des dommages causés. Ainsi tel homme qui a reçu 50 dollars pour réparer sa maison « endommagée par la voiture d’un Moudjahidine ». Pourtant, comme le fait remarquer à AP le reporter Jason Burke, auteur de deux ouvrages sur al-Qaida, tout cela ne veut pas forcément dire qu’Aqmi opère une machine bien huilée. «La bureaucratie, comme nous le savons, donne aux cadres supérieurs l’impression de contrôler des subordonnés éloignés» explique Burke, «mais cette influence est bien, bien moindre que ce qu’Aqmi voudrait».

Toufik
Mercredi 1 Janvier 2014 - 17:47
Lu 197 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+