REFLEXION

SELON ABDELMALEK SELLAL :Les walis instruits de lutter contre la bureaucratie

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a rassuré, dimanche, les organisations patronales quant à la détermination des pouvoirs publics à faciliter davantage l’investissement, et a instruit les walis de lutter contre la bureaucratie qui entrave l’affectation du foncier industriel.



"C’est la première fois que nous invitons les walis à la tripartite. Nous les avons chargés de résoudre le gros problème du foncier industriel en collaboration avec les ministères de l’Industrie et de l’Intérieur", a-t-il affirmé lors de la réunion de la tripartite. "Réglez-nous le problème du foncier. Vous avez toutes les prérogatives pour le faire. Il faut juste préserver les terrains à vocation agricole, et libérez le reste", a-t-il insisté en s'adressant aux walis présents à cette tripartite. Par ailleurs, il a réitéré que les dispositifs sociaux et de solidarité seraient préservés mais que les réformes économiques s’avèrent inévitables, tout en avançant que l’essentiel des investissements devrait être financé en dehors du budget de l’Etat. Le Premier ministre a, d’autre part, annoncé la création d’un Comité de suivi, à l’issue de la tripartite, pour suivre de près les préoccupations des partenaires socio-économiques ainsi que les résultats de cette réunion. Lors de leurs interventions, les organisations patronales ont relevé essentiellement les difficultés d’accès au foncier industriel et ont demandé plus de facilitations à l’investissement. Le président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), Ali Haddad, a estimé que la mise en place d’un modèle de croissance économique efficace exigeait de lutter contre la bureaucratie, de faciliter l’accès au foncier, de réviser les systèmes bancaire et fiscal et d’ouvrir aux investisseurs privés des secteurs qui leur sont inaccessibles, citant l’énergie et les transports maritime et aérien. Un modèle de croissance économique nécessite l’adoption d’un certain nombre de réformes, selon lui. Observant que l’Algérie dispose d’un réseau bancaire de taille modeste dominé par cinq grands établissements publics, il a préconisé la mise en place de banques d’investissement suffisamment capitalisées, et ce, aux côtés des banques de dépôt. Sur le plan fiscal, il a prôné la simplification et la décentralisation des décisions et l’application d’allègements fiscaux sur les capitaux réinvestis. Pour lui, la lutte contre la bureaucratie peut s’opérer à travers la mise en place d’organismes spécialement dédiés à la gestion des dossiers d’investissement.

Ismain
Lundi 6 Juin 2016 - 15:59
Lu 297 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+