REFLEXION

SECURITE : Nos écoles répondent-elles aux normes ?

En moyenne le ministère de l’éducation nationale réceptionne 100 CEM et 50 lycées par an, tandis que pour les seules années 2008-2009, il acquit 350 nouvelles écoles primaires.



SECURITE : Nos écoles répondent-elles aux normes ?
Toutes ces écoles que fréquentent nos enfants sont l’œuvre de qui ? répondent-elles aux normes de sécurité et d’espace ? Les services du ministère de tutelle affirment que « oui » ce qui est confirmé par la protection civile, les uns comme les autres étant chargés de l’inspection en matière de sécurité. Combien coûtent ces établissements à l’Etat ? Quelle est la règlementation en vigueur et qu’est ce qui a été fait depuis les catastrophes naturelles qu’a connues notre pays ces dernières années afin d’éviter des morts inutiles et de nombreux handicapés à vie ? Nous tenterons de répondre à ces questions. Cependant, il faut signaler au passage que le plus important des budgets de l’Etat est consacré à l’éducation nationale. Il a été évalué en 2009 à 96 milliards de dinars dont 16 milliards consacrés au programme de reconstruction et de réhabilitation. S’agissant du budget de fonctionnement, il a été de 246 milliards de dinars. Ce derniers ,est 285 milliards de dinars pour l’année en cours .Tout ce que nous pouvons dire c’est qu’il est plus important que celui de 2008 a indiqué M. Khelef de l’éducation nationale de la ville d’Oran. « Le ministère de l’éducation nationale ne construit pas d’établissements scolaires. La direction des équipements publics a noté M. Khelef pour les deux années 2008 et 2009. « Plus de 70 lycées sont soit en cours de réalisation soit achevés pour chaque années »a-t-il révélé. « Il faut savoir qu’il s’agit de programmes nécessitant un an, voire deux pour les réaliser et les réceptionner. Pour ce qui est du primaire, les APC ont la charge de veiller sur l’état devancement des ouvrages. Les wilayas, s’occupent pour leur part des CEM et des lycées ». Le ministère de l’éducation fait part de ses besoins à la wilaya qui soumet le projet à la direction des équipements publics relevant du ministère de l’habitat qui lance un appel d’offre pour l’étude. Un bureau d’études est désigné. A partir de là, un cahier des charges est établi et un autre avis d’appel d’offre est émis cette fois pour la réalisation du projet. Le ministère de l’habitat est le maitre d’ouvrage. Il s’occupe de la gestion et du suivi des travaux pour le compte du ministère de l’éducation nationale. C’est la commission de création d’établissement scolaire. Au niveau local qui a la charge de suivre l’état d’avancement des travaux un P.V est rédigé par la wilaya qui le transmettra à l’éducation rationale. Le ministère de l’habitat livre les établissements sur la base de la liste dressée par le ministère de l’éducation nationale selon le maitre d’ouvrage. Nous avons appris que pour l’année 2009-2010, une centaine d’établissements sont en cours de finition et seront bientôt livrés avant le nouvel exercice 2010-2011.Notre interlocuteur a précisé que « les délais de réalisation oscillent entre 12 à 15 mois pour une école primaire. Un lycée nécessite 24 mois au minimum « il a noté que ces délais ont été considérablement réduit de 2007 à 2009, il y a lieu de noter que le programme d’investissement pour 2010 qui s’inscrit dans le cadre de la réforme du système éducatif est défini en tenant compte des retombées et des prévisions pour l’année scolaire 2010-2011,en fonction du nombre des effectifs inscrits ,puisque rappelons-le comme il convient la réduction du cursus au primaire ne sera complété que cette année là. Pour savoir les établissements scolaires sont des infrastructures d’accompagnement, leur réalisation dépend de la construction de nouveaux logements. A l’avenir la carte géographique des établissements scolaires sera modifiée particulièrement dans les wilayas dites sinistrées. A titre indicatif, la wilaya de Boumerdès, située sur la faille du tremblement de terre risque de voir ses habitants transférés.
La sécurité de nos enfants
En tout état de cause, pour ce qui est des écoles, le ministère de tutelle refuse catégoriquement de reconstruire des écoles sur la faille « il y va de la sécurité de nos enfants » a-t-on appris auprès de M Khelef qui nous informe par ailleurs qu’une convention a été signée en 2009 par les ministères de l’intérieur et de l’éducation nationale . Elle consiste en un programme d’action du plan orsec. Inspirée du plan Sesam(secours, établissements scolaire face à l’accident majeur) européen elle concerne 9 wilayas pilotes de Mascara, de Sétif de Constantine, de Béjaia, et de Ouargla. Une évaluation a été faite en 2008 lors d’une réunion avec les directeurs locaux de la protection civile et ceux de l’éducation avec le CRAAG, des opérations, ciblant des établissements scolaires ont été menées dans deux écoles primaires, deux CEM et un lycée .A cette fin des journées d’information sur les risques majeurs ont été organisées. Des formations de formateur parmi le personnel de l’éducation et les lycéens, ont été dispensées, ces opérations seront généralisées graduellement et selon la spécificité de chaque wilaya du pays. Dans ce même sillage, il convient de rappeler que « aucune école ne peut être fonctionnelle si elle n’est pas été ssoumise à l’inspection par les services de la protection civile et leur approbation »des prescriptions techniques sont faites pour des installations électriques susceptibles d’être un danger pour les enfants, sur le sureffectif ou encore des problèmes de dégagements selon le capitaine Nechab sous directeur des études et de la réglementation au niveau de la protection civile d’Oran .Ce dernier ajoutera « 6000 à 7000 visites d’inspection ont lieu par an à raison de 2 à 3 par année et par établissement qu’il soient publics ou privés ». Les écoles sont inspectées à la veille des examens de fin d’année, à la veille des échéances électorales et à la veille de la rentrée scolaire. Pour conclure M. Khelef a signalé, l’Etat est contraint de réviser tous les textes relatifs à la sécurité dans les établissements publics. Il poursuivra « la typologie revue, concerne les catastrophes dues à des regroupements humaines importants »le texte de la loi relative à « la prévention des risques majeurs et à la gestion des catastrophes dans le cadre du développement durable » est actuellement au niveau de l’APN quant au règlement de sécurité. Il a été transmis au ministère de l’intérieur pour avis.

N. Bentifour
Dimanche 23 Mai 2010 - 11:03
Lu 1246 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+