REFLEXION

SECTEUR DE LA SANTE : Les EPSP : des insuffisances à combler

En matière de gestion, le principe fondamental est le fait que « Gérer, c’est prévoir ». Malheureusement, c’est que le problème qui se pose c’est de voir que des projets immenses sont programmés dans tous les domaines avec des sommes faramineuses comme pour le logement, les entreprises et surtout dans le domaine de la santé publique où on voit la construction par l’Etat de structures hospitalières de proximité surtout dans le monde rural à savoir dans les villages et les douars de chaque wilaya à travers l’ensemble du territoire national, croyant par là même désengorger les structures hospitalières urbaines, sauf que c’est le phénomène inverse qui s’est produit.



Cependant, tout projet quel qu’il soit ne doit être lancé qu’après une étude à priori très approfondie sur tous  ses aspects  à savoir économique, politique, social, environnemental  et surtout culturel et quand on parle de culture cela veut dire changer les mentalités ou d’une autre façon  faire l’étude en fonction  de la culture rurale de la population. L’homme  rural actuel bien qu’il ait tout à sa disposition préfère se rendre en ville pour s’approvisionner et faire son marché, pour encaisser son salaire ou sa retraite à la poste du chef lieu de commune même si cela existe à  son niveau. Il est de même pour le côté santé, bien que les EPSP ( Etablissements Publics pour la Santé de Proximité) soient mieux  dotés en matériels et étoffés de tous les médecins spécialistes qui parfois n’existent pas dans  certaines structures  hospitalières du chef lieu de wilaya, mais malgré cela, les populations rurales ont pris le pli et se rendent en ville pour se soigner croyant qu’ils seront pris en charge d’une façon plus effective car c’est le chef lieu de wilaya et même certains malades viennent d’autres wilayas .  C’est  pour cela que l’on constate que les hôpitaux et les policliniques des villes sont archicombles et que le personnel médical et paramédical est débordé et ne peut  répondre à toutes les demandes des citadins malades car le taux des malades venant des villages et douars avoisinants affluent par centaines et c’est pour cela que selon les statistiques le taux au niveau des  centres de proximité s’avère  très faible  par rapport à celui  de la ville et cela aux dépens d’une vraie prise en charge des malades qui fait vraiment défaut.  Au lieu de construire des centres de proximité où des sommes  colossales  sont injectées pour les établissements publics pour la santé de proximité  qui  ne servent réellement à rien, il aurait mieux fallu se préoccuper des malades atteints de cancer où leur nombre s’accroit de jour en jour  et fait des ravages au sein de la société car on dénombre plus de 40000 cancéreux en Algérie, c’est un chiffre effarant et la mort se fait un chemin et les cancéreux sont décimés car c’est une maladie qui n’attend pas et ne pardonne pas et cela  parce que  leur prise en charge est presque nulle   du fait que les rendez-vous  sont très longs et cela peut durer des mois et tout cela par manque de structures de radiothérapie à l’échelle nationale. Selon  certains spécialistes, il aurait été préférable d’investir sur des infrastructures hospitalières de radiothérapie pour les cancéreux  pour pouvoir affronter ce grave problème et doter ces structures  qui sont en manque de spécialistes et de médicaments  pour soulager ces derniers  qui pour la plupart d’entre eux sont des démunis.   Les cancéreux souffrent  en silence et lancent un appel de détresse aux pouvoirs publics et aux responsables concernés   pour les prendre sérieusement en charge à savoir une prise en charge effective.   

Adel
Dimanche 3 Mars 2013 - 08:59
Lu 286 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+