REFLEXION

SCOUTS MUSULMANS ALGERIENS : La délinquance juvénile en débat à Mostaganem

Considéré par de nombreux observateurs comme une bombe à retardement, le phénomène de la délinquance juvénile à été le centre d’un riche débat organisé par les scouts musulmans algériens de Mostaganem, ce jeudi, au niveau du siège de l’APW.



En effet, plusieurs institutions telles la DAS, la cour de justice, la sûreté de wilaya, les associations de quartiers et le secteur éducatif ont été associés aux travaux de cette rencontre placée sous le thème de : « le rôle du mouvement associatif et de la société civile pour faire face au phénomène de la délinquance juvénile.». D’abord qu'est ce que la délinquance juvénile ? Selon le premier intervenant en l’occurrence une représentante de l’assemblée juridique de Mostaganem, ce terme désigne un certain nombre de comportements condamnables commis par les jeunes de moins de 18 ans. Par ailleurs, dans une autre intervention, cette fois-ci par Mme Bounoua chef de brigade des mineurs au sein du service de sécurité, cette dernière a exposé aux présents les statistiques concernant les délits sur cette frange avec les plus fréquents notamment ; la violence et  le viol sur mineur. En outre, cette manifestation a enregistré un intérêt particulier chez les présents. On notera la présence de plusieurs notables de la société civile, des élus, des psychologues et des spécialistes de l'enfant travaillant au sein des pénitenciers de rééducation pour les mineurs. Selon M. Taki El Hadj président de wilaya des scouts : « d’après les interventions des conférenciers, les présents devront prendre une vue d’ensemble sur le phénomène de la délinquance juvénile qui a pris une ampleur sans précédent en Algérie et à Mostaganem en particulier. Nous sommes ici pour débattre les causes de cette délinquance, en présence de plusieurs secteurs et institutions pour ressortir avec des résultats qui peuvent aider ou donner un impact qui changera cette réalité.» Les objectifs attendus de cette rencontre sont l'élaboration d'un programme qui permettra une prise en charge adéquate sur le plan socio-psychologique pour ces adolescents. A la fin, cette rencontre s’est terminée avec beaucoup de conclusions proposées pour contenir ce fléau dont, essentiellement, une plus grande implication de tous les secteurs de la société sans oublier la famille en premier lieu. En  investissant dans l’enfance afin de leur fournir des expériences positives dans la vie, nous pouvons circonscrire les dommages et coûts considérables de la criminalité juvénile. 

Bouziane Kamel
Samedi 2 Mars 2013 - 08:53
Lu 378 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+