REFLEXION

SANTE PUBLIQUE : Menace de fermeture au service de neurologie de l’EHU Oran

Le développement de la neurologie à Oran reste tributaire de la présence de professeurs de rang magistral pour assurer la formation de nouveaux médecins. La récente décision du Comité pédagogique de neurologie d’exiger un rang magistral semble menacer le devenir de cette spécialité.



Du coup, c’est le sort de milliers de malades atteints d’Alzheimer, de Parkinson, de Sclérose en plaques, de myasthénie et surtout d’AVC qui est en jeu, s'accordent à dire praticiens et familles des patients. A Oran, le problème initial réside dans la formation des neurologues. La deuxième ville du pays et capitale de l’Ouest, avec près de 1,5 million d’âmes, ne dispose pas de professeur en neurologie. Depuis 10 ans, jusqu’en 2015, aucun poste n’a été ouvert dans cette spécialité. Pendant des années, seul le CHU Benzerdjeb disposait d’un service en neurologie, qui n’assure que de "la neurologie froide", selon son chef de service : c'est-à-dire un service limité aux seules consultations et ne prenant pas en charge les hospitalisations. Le service, qui fait l’objet de travaux depuis quelques années, assure tant bien que mal les urgences neurologiques. Le directeur du CHUO, Benali Bouhadjar, interrogé par l’APS, dit "ne pas ressentir de déficit en moyens humains" avec huit neurologues en activité au niveau de ce service. Il admet, toutefois, que le problème "pourrait se poser à l’avenir". Actuellement, ce service assure principalement les consultations. "Un soulagement quand même pour certains malades, puisque la consultation chez les spécialistes privés peut coûter jusqu’à 3.500 DA", indique la fille d’un malade atteinte de Parkinson. Si le CHU règle le problème des consultations, celui lié aux hospitalisations et des urgences neurologiques, des AVC, devenus un véritable problème de santé publique, reste posé. Un service avec 8 neurologues seulement pour une wilaya de plus d’un million d’habitant est loin de répondre à la forte demande exprimée aussi bien au niveau local que régional, estiment des spécialistes. En février 2015, l’EHU "1er novembre 1954" d’Oran ouvre un service de neurologie avec une unité spécialisée dans la prise en charge des AVC. Cette structure est la deuxième du genre à l’échelle nationale après celle de Blida. Ce service, doté de 30 lits, prend en charge toutes les pathologies neurologiques (maladie de parkinson, la sclérose en plaque, les épilepsies, la myasthénie à.). Son unité de huit lits spécialisée dans les urgences neuro-vasculaires (UNV) prodigue des soins aux patients atteints d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) et reçoit des patients des différentes wilayas de l’Ouest et même du Sud-Ouest du pays. Grâce à la pratique de la thrombolyse et en l’espace d’une année, quelque 60 patients victimes d’AVC ischémiques ont été sauvés de la paralysie et l’handicap. Cette unité reçoit en moyenne 3 à 4 cas d’AVC par jour, a affirmé le Dr Dounyazed Basdi, Chef de ce service.

Ismain
Mercredi 8 Juin 2016 - 16:43
Lu 348 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+