REFLEXION

SANTE PSYCHIATRIQUE : Boudiaf privilégie la prévention au traitement

Le ministre de
la Santé, de la Population et de
la Réforme Hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a affirmé
à Skikda que l’Algérie vient d’opter pour une approche qui privilégie la prévention au traitement en santé psychiatrique, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).



Présidant l’ouverture d’une journée d’étude sur la santé psychiatrique à  l’occasion de la journée mondiale de la santé, le ministre a souligné que  cette approche basée sur la santé de proximité et la coordination avec les  autres secteurs est contenue dans le Plan national de promotion de la santé psychiatrique 2017-2020, "prochainement mis en œuvre" et qui insiste sur la  protection des droits des personnes atteintes de maladies psychiatriques. Plusieurs mesures ont été prises à cet effet par le ministère de la Santé  avec notamment la création d’une sous-direction de la santé psychiatrique au sein de l’organigramme du ministère, a affirmé M. Boudiaf qui a souligné  que les structures publiques de la santé psychiatrique comptent à travers  le pays 5.000 lits et emploient 1000 médecins psychiatres qui seront  renforcés par le recrutement, prévu cette année, de 101 autres psychiatres  notamment dans les régions des Hauts Plateaux et du Sud. Le ministre a également indiqué que le secteur de la santé emploie  également 1.368 psychologues et compte 40 centres intermédiaires de soins  en toxicomanie en plus de 10 autres centres en cours de réalisation. Il a rappelé que le nouveau projet de la loi sur la santé consacre 44  articles à la protection et la promotion de la santé psychiatrique et  mentale. M. Boudiaf a aussi insisté "sur l’humanisation du secteur de la santé et  sa numérisation pour atteindre le bond qualitatif voulu", soulignant que  l’Algérie a réalisé dans le domaine de la santé des "avancées" reconnues,  a-t-il indiqué, par l’Organisation mondiale de la santé qui considère que l’Algérie représente "un modèle à l’échelle régionale"‘ au regard des  efforts faits par l’Etat et de l’évolution de son industrie pharmaceutique. Dans une conférence de presse animée au terme de cette journée d’étude, le  ministre de la Santé a indiqué que l’Algérie produit actuellement 61 % de ses médicaments et ce taux est appelé à passer à 70 % d’ici de la fin de  l’année en cours.

Ismain
Dimanche 9 Avril 2017 - 08:00
Lu 187 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 17-10-2017.pdf
8.41 Mo - 16/10/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+