REFLEXION

SANTE : Les dentistes sommés d’acquérir des autoclaves



SANTE : Les dentistes sommés d’acquérir des autoclaves
En plus de certaines maladies nosocomiales, qui se répandent en milieu hospitalier et dont les germes développent une résistance à tous les antibiotiques, deux d’entres elles, à savoir l’hépatite B et l’hépatite virale, peuvent être causées par la mauvaise stérilisation du matériel dentaire .Les médecins sont aujourd’hui obligés d’acquérir des autoclaves pour une meilleure stérilisation, en vue de réduire les risques de contamination de certaines maladies par une antisepsie inefficace. Le ministre de la santé, de la population et des reformes hospitalière, Mr Djamel Ould abbés, a ordonné aux cliniques publiques et privées l’obligation de se pourvoir en Poupine. Si certains travaillent avec ce matériel depuis fort longtemps, et ils se comptent sur les doigts, en utilisant le Poupinel pour la désinfection ou la stérilisation à partir d’une chaleur sèche (étuves Poupinel, utilisées pour la désinfection de matériel chirurgical entre 150 et 180 °C), ou a chaleur humide (autoclave), fonctionnant avec de l’eau ou de la vapeur d’eau sous pression, à formol. Dans ces dernières, on peut ajouter de la vapeur d’eau chauffée à 80 °C environ, ce qui améliore les qualités bactéricides et insecticides du formol et n’abîme pas les vêtements délicats et les caoutchoucs. Après une heure, tous les microbes, bactéries et virus sont annihilés ; D’autres dentistes par contre, n’ont pas voulut ou pas pu faire acquisition, à cause de son prix qui n’est pas accessibles aux praticiens, nouvellement installés et qui dépasse les 250.000.00 DA. Le conseil de l’ordre des dentistes algériens prépare des négociations pour effectuer des achats groupés d’autoclaves et ce, dans l’optique de permettre aux praticiens de réduire leurs frais et de garantir leur approvisionnement de ce type de matériel sans passer par des filières incertaines sur la qualité et la durabilité de ce matériel médical indispensable. La salle d’opération, telle que nous la connaissant aujourd’hui, devient un haut lieu, où la chirurgie trouve sa consécration et le patient sa santé.

B. Cherifi
Mardi 26 Octobre 2010 - 00:01
Lu 413 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+