REFLEXION

SALETE, MENDICITE, SDF : Un décor au quotidien à Mostaganemois



SALETE, MENDICITE, SDF : Un décor au quotidien à Mostaganemois
A Mostaganem, le phénomène de la mendicité des malades mentaux, et des SDF (sans domicile fixe) fait partie du décor des artères et places publiques et des abords de certaines administrations qui ne sont pas épargnés par ces images tels que : Algérie Poste et la Chambre du commerce, de cette capitale du Dahra. La prolifération des mendiants et SDF s’accroit quotidiennement, c’est au vu et au su de tout un chacun que des vagabonds, miséreux avec des yeux bridés, une barbe hirsute, sont étendus à même le sol. D’autres couchés sur un amas de cartons, au encore déambulent en plein centre de ville. Par ailleurs des femmes accompagnées de bébés, au tout simplement de mioches, habillées de haillons, et même des petits enfants sillonnent les artères principales de la ville, la nuit venue, trouvent refuge au niveau des escaliers de la chambre du commerce, d’Algérie poste, du square central de la ville, et à proximité du marché couvert livrés à leur triste sort. En plus de la désorganisation qui règne, de la saleté qui ne cesse de ronger le centre urbain, cette frange de la population (mendiants et SDF) pose de sérieux problèmes d’insalubrité, par le fait qu’ils se soulagent, où font leurs besoins, sur les lieux mêmes, où, au niveau des rues et ruelles de la ville. D’ailleurs, certains abandonnent leurs déchets quelques cartons, sachets en plastique, ramassés au préalable dans des décharges rebelles de proximité. Une image affreuse et affligeante, fait partie du décor quotidien, de cette capitale du Dahra, où les conditions de vie du citoyen, l’environnement et le bien-être ne cessent de se dégrader. Les mendiants défient les passants, en leur imposant parfois l’aumône, d’autres emploient maintes astuces, pour apitoyer les passants, alors que les SDF agressent parfois les femmes. Les ordures et les immondices jonchent le sol, le désordre dans l’ordre caractérise l’anarchie, les odeurs pestilentielles se dégagent à 100 mètres à la ronde de certaines rues et ruelles, en l’absence de vespasiennes. Quoi qu’il en soit, la saleté, la mendicité la prolifération des SDF, font le décor au quotidien, dans cette capitale du Dahra, sensée être la perle de la méditerranée.

Essafi. A
Mardi 12 Octobre 2010 - 00:01
Lu 968 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+