REFLEXION

SAISON ESTIVALE : Prélèvements inopinés dans les eaux de baignade

Un vaste dispositif de prévention et de lutte contre les maladies de l’été a été mis en place à Oran, annonce-t-on au secrétariat général de la wilaya, alors que d’importantes dispositions en matière de sécurisation des plages sont par ailleurs entreprises.



En effet, une dizaine de commissions chargées de la prévention et de la lutte contre les maladies à transmission hydrique, contre les zoonoses et les intoxications alimentaires viennent d’être installées. Ces commissions au caractère mixte sont présidées par les chefs de daïra et composées de représentants des secteurs de la santé, de l’hydraulique, du commerce, de la Protection civile ainsi que des services de sécurité. Elles sont mises sous l’autorité directe d’une commission de wilaya présidée par le secrétaire général. Le travail de ces organismes de l’été vise à protéger le consommateur en menant des campagnes de contrôle chez les glaciers, les crémeries et autres boucheries, c’est-à-dire tous les commerces qui proposent des produits périssables, susceptibles d’occasionner aux citoyens des intoxications. Les eaux de baignade sont, également, concernées par les contrôles des commissions qui doivent y effectuer des analyses microbiologiques. Ainsi, des prélèvements inopinés des eaux des plages autorisées à la baignade seront effectués jusqu’à la fin de la saison estivale pour surveiller la concentration des coliformes, la qualité physico-chimique et bactériologique de l’eau, la présence de détergents et la transparence de l’eau. La Direction de la santé et de la population, qui est la principale instance concernée par la lutte contre les maladies de l’été, dont les fameuses MTH, ambitionne d’éradiquer les risques qui peuvent menacer les citoyens pendant le Ramadhan et l’été. Aussi a-t-elle programmé des contrôles réguliers de la qualité de l’eau du robinet. L’autre cheval de bataille des commissions concerne la lutte contre les moustiques, les animaux errants et les rats… La saison estivale est synonyme de maladies, notamment celles à transmission hydrique et les zoonoses, ainsi que les intoxications alimentaires ainsi que la conjonctivite qui se propage durant la saison chaude. Ces maladies sont liées particulièrement à une mauvaise qualité de la vie et surtout aux déplorables conditions de travail de certains commerçants, dont le mauvais fonctionnement de la chaîne du froid et en particulier la mauvaise qualité et le stockage des eaux au niveau domestique… Toujours en matière de sécurisation, il est d’ailleurs, sur un autre front, pris des précautions certaines. D’importants renforts pour sécuriser les plages sont attendus durant l’été dans la capitale de l’ouest du pays, la wilaya d’Oran est en train de mettre les dernières touches aux conditions d’accueil et de séjours de cette masse importante qui viendra avec ses différents besoins et, surtout, ses légitimes exigences de sécurité. Ainsi, 2.000 gendarmes sont prévus en renfort pour sécuriser la saison estivale, notamment au niveau des camps de toile, des plages et des réseaux routiers et dans tout le périmètre de la wilaya d’Oran. Ces renforts qui viennent de certaines wilayas de l’Ouest, dont Saïda, Tiaret…, participeront à la mise en application du plan Delphine dans la sécurisation du littoral. En plus du renforcement des effectifs, le plan Delphine sera soutenu par un important matériel roulant ainsi que des hélicoptères qui survoleront en permanence les plages des deux corniches oranaises et relevant des périmètres impartis à la gendarmerie d’Oran. Ce plan a permis, déjà, l’ouverture de 17 postes de contrôle et de surveillance dont trois sont, désormais, opérationnels au niveau des plages des Andalouses, de Bousfer et de Aïn El-Turck, sur la Corniche-est. D’autre part, des patrouilles nocturnes veilleront, comme d’habitude, à la tranquillité des estivants. A rappeler qu’au niveau de la région d’Oran, plus de 30 plages sont concernées par ce plan. Outre la sécurité des biens et de la population, les gendarmes ont pour mission de réguler la circulation au niveau de plusieurs axes et surtout à sécuriser le réseau routier. Un numéro vert, le 1055, a été, pour rappel, instauré pour venir en aide à la population en matière d’orientation, d’informations et surtout de prévention contre la criminalité. Pour sa part, les services de la sûreté d’Oran ont, également, mis en place leur plan, appelé « plan Azur » ou « plan bleu ». Ce dispositif spécial été sera renforcé lui aussi par quelque 1.000 policiers venus des régions avoisinantes. 1.000 autres policiers sont attendus pour renforcer le dispositif de sécurité dans les quartiers et les localités importantes de la wilaya d’Oran.

Medjadji. H
Lundi 24 Juin 2013 - 08:58
Lu 148 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+