REFLEXION

SAISON ESTIVALE : L’heure est au bilan



Nous avons appris, que de nombreuses assemblées communales du  littoral, relevant de la wilaya d’Oran, viennent de procéder à l’évaluation de leurs activités durant la saison estivale, en vue de tirer les meilleurs enseignements possibles, susceptibles d’améliorer les conditions d’accueil des estivants durant la prochaine saison estivale. Au sujet de cette évaluation, il faut préciser, que de nombreuses lacunes ont été relevées. Le rapport sur la saison estivale a été accablant, il relève, comme toujours, l’exploitation anarchique des plages à travers la corniche oranaise. La commission du tourisme de l’APW a relevé, dans ses différentes sorties d’inspection, des indus exploitants de plages qui ont obligé le citoyen et l’estivant à payer entre 800 et 1000 DA la place sous le soleil en bord de mer. Selon ce rapport, «l’exploitation  anarchique des plages a été notée à Aïn El Turck, Bousfer et El Ançor». La saleté et le manque d’hygiène ont également été notés par les membres de cette commission qui ont interpellé les élus locaux, à leur tête les maires. Ces derniers ont expliqué les carences par le manque de moyens et le fait que c’est la direction du Tourisme qui s’occupe des concessions des plages à leur place. Le maire d’El Ançor soulèvera que deux affaires en justice ont été intentées par ses services contre le complexe touristique les Andalouses et celui de Newbich. La première pour avoir disposé des rochers interdisant l’accès à la plage longeant le complexe, et la seconde pour non-paiement des droits d’exploitation de la plage. Il faut savoir que la disposition des rochers de séparation entre les plages n’est pas un procédé propre au complexe les Andalouses, la plage Eden est séparée des deux côtés par des rochers des plages mitoyennes et gare à celui qui espère, ne serait-ce que «passer» par là. A Newbech aussi, des rochers séparent la plage payante de celle mitoyenne pour interdire tout accès. La saison estivale 2013 a été aussi marquée par des carences, les citoyens et les estivants ont eu à payer le prix fort pour une journée à la plage. En vérité, il n’y a pas que les plagistes qui ont été défaillants. Il y a toute une culture de tourisme qui fait défaut et qui a été relevée par la commission du tourisme de l’assemblée populaire de wilaya. Le secteur de l’Education ne manque pas de carences à son tour, il sera soumis à débat durant cette session. Un autre chapitre a été inclus faisant partie des préoccupations majeures des citoyens, il s’agit de l’éclairage public.  

Medjadji. H
Vendredi 18 Octobre 2013 - 22:00
Lu 28 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+