REFLEXION

SAIDA : Un agent de la C.N.A.S condamné à un an de prison ferme



SAIDA : Un agent de la C.N.A.S condamné à un an de prison ferme
Le dénommé Mohammed M (42 ans) marié et père de cinq enfants a été condamné avant-hier par le tribunal correctionnel de Saida à un an de prison ferme et une amende de 400.000 dinars algériens pour malversation dans les fonds de l’agence de hassasnas(17km à l’est du chef-lieu de la wilaya ) de la caisse nationale des assurances maladies(C.N.A.S) a-t-on appris de source concordante En effet, cet agent indélicat avait l’an dernier été incriminé dans une affaire de prévarication des cotisations des assurés de hassasnas. A noter que lors du procès, le représentant du ministère public avait requit une peine d’emprisonnement de deux ans tandis que la défense avait tout bonnement plaidé l’acquittement de son client. A souligner que la C.N.A.S de Saida qui était gérée antérieurement par un ex-directeur de la maison d’arrêt de Saida sans compter les responsables véreux qui se sont succédés à sa tête détournant et dilapidant par la même occasion l’argent du contribuable, est pilotée depuis le début de l’année en cours par un nouveau directeur venu de la C.N.A.S de Sidi Bel Abbes où il était chef de service et semble être déterminé à redresser la situation. Rappelons que l’an dernier, la C.N.A.S de Saida s’est illustrée par un nouveau scandale lorsque sept agents ont été derrière tout un réseau de trafic de remboursements des frais de maladies dont certains assurés étaient des personnes décédés. Pis encore, des employés révoqués continuent de clamer leurs innocences dans des histoires d’infractions à la législation du travail qu’ils considèrent qu’elles sont fomentées de toute pièce par le cercle mafieux qui continue de régenter réellement cet établissement et revendiquent leur réintégration dans leur poste de travail. A cela s’ajoute évidemment la grogne au quotidien des assurés et surtout les personnes atteintes de maladies chroniques qui se plaignent à chaque fois du mauvais accueil, des passes droits et toutes sortes d’irrégularités dont ils ont finit par le temps à s’habituer tel que le versement d’un bakchich pour une simple place en priorité devant le guichet. En tout état de cause, la CNAS de Saida est loin d’être administrée efficacement au service de ses employés et surtout de ses adhérents.

Kada Bilal
Mercredi 8 Septembre 2010 - 17:34
Lu 1077 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+