REFLEXION

SAHA FTOUREK : Ammi H’mimed et les miracles de leilet el kadr !



«Leilet el kadr meilleure nuit parmi mille » Ammi H’mimed a appris ce verset depuis sa tendre enfance, et chaque Ramadhan depuis qu’il a commencé à jeûner, il l’attend avec impatience. Mais ne comprend toujours pas pourquoi elle coïncide avec le vingt-septième jour puisqu’aucune date n’est explicitement citée dans le Saint Coran. Le vieux en a déduit que c’est une simple spéculation d’érudits et exégètes musulmans de tous bords pour fixer un repère temporel à des festivités religieuses. Les dix dernières nuits de Ramadan, période du mois sacré dans laquelle se trouve la nuit du destin, une nuit qui équivaut à 1000 mois. Laylat al qadr est une nuit à ne pas rater pensa Ammi H’mimed mais encore faut-il connaître sa date et comment se comporter durant celle-ci. Lors de la prière du ichaâ d’hier, l’imam de la mosquée du quartier d’Ammi H’mimed expliqua aux fidèles présents en nombre que pendant cette nuit particulière, il est souhaitable de veiller en prière. « Il est recommandé de faire de longues veillées de prière (qiyâm) durant les nuits où la Nuit du Mérite est attendue. Ceci est prouvé par de nombreux hadiths, dont les suivants : Abou Dharr – qu’Allah l’agrée – rapporte : « Nous avons jeûné avec le Messager d’Allah – paix et bénédictions sur lui – durant le mois de Ramadan. Il ne nous présida pas durant les prières nocturnes surérogatoires jusqu’à ce qu’il restât sept nuits avant la fin du mois. Il nous présida alors pendant un tiers de la nuit. Il ne pria pas avec nous la sixième nuit. Durant la cinquième, il pria avec nous la moitié de la nuit. Nous lui demandâmes : « Ô Messager d’Allah ! Ne devrais-tu pas prier avec nous toute la nuit ? » Il répondit :
 « Quiconque prie derrière l’imam jusqu’à ce que ce dernier finisse aura une récompense équivalente à celui qui aura prié la nuit entière. » prêcha l’imam de la mosquée. Mais qu’en est-il des miracles de cette nuit ? se demanda Ammi H’mimed ! Il entendit parler, quand il était jeune, du ciel qui s’ouvre durant cette nuit pour l’accueil des bonnes actions. Il préféra alors, s’atteler à multiplier les prières plutôt que d’aller écouter inutilement du chaâbi à la Maison de la Culture.

ASM
Lundi 13 Juillet 2015 - 18:14
Lu 197 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+