REFLEXION

S.O.S de 8 familles d’Argoub (Mascara)

Huit familles vivant dans une situation des plus dramatiques dans un immeuble menaçant ruine qui peut s’écrouler à tout moment, lancent un S.O.S aux autorités locales et au wali de Mascara les suppliant de les faire sortir de ce gouffre où ils vivent une mort lente. Une vingtaine de personnes subissent l’angoisse dans un taudis qui peut s’écrouler à tout moment



S.O.S de 8 familles d’Argoub (Mascara)
Ces habitants ont été invités par un P.V émanant des services de l’urbanisme de l’APC de Mascara daté du 6. 5.2006 suivit par différents avertissements les  sommant de quitter les lieux ont déposé des dossiers pour l’obtention d’un logement social en 1999 sans aucun résultat. Par correspondance n° 4449/2012, le chef de la Daïra  informe ces personnes qu’il a été saisi par le wali pour étudier leur cas par correspondance  n° 9152 du 25. 7.2012, les invitant  à patienter puisque leurs dossiers  sont classés  au niveau de ces services sous le n° 5024 et qu’ils bénéficieront dans un proche avenir d’un logement. Mais la bâtisse, peut elle patienter jusqu’à ce qu’ils quittent les lieux pour s’écrouler ? Sans doute non, ces personnes vivent dans des conditions déplorables avec des enfants qui sont tous atteint de différentes maladies en plus de la diversité des bestioles qui cohabitent avec eux. Hadja Saidia disait « pendant qu’on vit dans des conditions qu’on ne peut décrire, d’autres logements sont fermés et pendant plusieurs années au point où  ils ont subit des dégradations importantes.  Pourquoi ces logements demeurent fermés en train de subir les affres de la dégradation alors que des citoyens vivent dans des taudis ? » En effet, 270 villas sont fermées depuis plusieurs années au point où elles sont actuellement dans un état de dégradation ainsi qu’une cité située  à  proximité de la ZONE 12 se trouve également fermée sans explication, les spéculations portent sur l’affectation, d’autres parlent de problèmes  de constructions non-conformes, mais ces logements demeurent toujours fermés, un manque a gagné pour l’OPGI et un déficit pour le trésor de l’Etat.

B.Boufaden
Jeudi 16 Août 2012 - 00:44
Lu 442 fois
A LA UNE
               Partager Partager


1.Posté par INTEGRE le 16/08/2012 13:39
Des Algériens meurent de faim et vivent dans des conditions moyenâgeuse, en plus de subir l'humiliation des services étatiques et de l'autre côté on s'émeut sur le sors des Syriens, on les aides, on leurs fournis le gîte et le couvert, alors là non! et non! je suis pas d'accord, c'est du deux poids deux mesures.Il faut d'abord aider les Algériens qui sont dans le besoin en priorité!!!!!!!!!!!!!!

2.Posté par chark le 17/08/2012 17:22
@ integre , salem vous avez raison , mais ils faut savoir aussi tendre la main et ouvrir son coeur à ceux qui fuit la misére et surtout la mort !

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+