REFLEXION

Rien ne marche A l’EHU d’Oran

UN HOPITAL MODERNE AVEC DES ANCIENS PROBLEMES

Le gouvernement algérien a dépensé plusieurs milliards de dinars pour la réalisation du plus grand hôpital d’Afrique, en l’occurrence l’Etablissement Hospitalo-universitaire 1er Novembre, situé au niveau du quartier de l’USTO, dans la wilaya d’Oran, et cela pour offrir une meilleure qualité de service pour les citoyens algériens, surtout ceux de la wilaya d’Oran, et de la région Ouest du pays, mais aussi, pour en terminer avec ce fameux refrain des patients, celui de la mauvaise qualité de la prise en charge des malades.



Rien ne marche A l’EHU d’Oran
Le projet a été lancé à l’ère de l’actuel ministre des transports, M.Ammar Tou, avant que Saïd Barkat ne prenne le relais, qui a, par la suite, donné le flambeau à Djamel Ould Abbès, de nos jours, ministre de la santé, de la population et de la réforme hospitalière. Sauf que ce rêve des responsables du pays, et surtout ceux de la wilaya d’Oran n’a pas été exaucé. En effet, et selon un groupe de patients rencontré à l’intérieur de l’EHU, les services offerts dans ce grand hôpital d’envergure mondiale, sont loin d’être à la hauteur. Des appareils médicaux, tel le scanner et l’IRM sont, selon les propos des médecins, en panne, alors qu’ils n’ont été mis en marche qu’il y a à peine deux ans. Les ascenseurs sont toujours hors service, et les malades sont contraints à effectuer quelques analyses dans les laboratoires privés, avec des sommes d’argent exorbitantes. « Nous ne comprenons rien du tout. L’hôpital est un endroit fréquenté par les pauvres, mais les services offerts sont encore plus pauvres » nous dira M.H., un homme de 56 ans qui accompagnait sa femme pour un scanner. Notre même interlocuteur nous a affirmé qu’il fut orienté vers un centre d’imagerie médicale privé, et que le médecin lui a demandé de ne faire le scanner qu’au niveau de ce centre et pas dans un autre, sous prétexte que c’est le meilleur et que les résultats sont très nets. D’un autre coté, et selon une source officielle relevant de l’EHU, plusieurs interventions chirurgicales ont été reportées pour diverses raisons, dont le manque flagrant, pour ne pas dire une pénurie totale d’anesthésie générale, et des injections « PENTO », utilisées pour faire endormir le malade avant l’intervention, mais aussi, le manque des tenues des chirurgiens, appelées les « Casaques ». A cet effet, les chirurgiens ont, il y a quelques semaines, fait une petite grève, qui n’a pas fait beaucoup de bruit. La raison, ce manque immense de matériel médical utilisé dans les interventions chirurgicales. Notre source d’information n’est pas restée indiscrète. Elle nous a précisé que des personnes, inconnues, veulent nuire à ce grand établissement hospitalier, et procèdent au vol du matériel médical pour le revendre aux cliniques privées. « Ils veulent faire d’une pierre deux coups. D’un côté ils veulent nuire à la réputation de ce grand hôpital, mais aussi, ils veulent se faire des fortunes au profit de la santé et la vie des citoyens algériens » répliqua notre source, avant de continuer « imaginez que le produit le plus simple et qu’il n’enregistre jamais un manque dans les établissements hospitaliers, à savoir le sérum salé, n’est plus disponible à l’EHU, et que le patient est dans l’obligation de demander à ses proches d’aller chez des pharmacies pour s’en procurer ». Avant de nous quitter, notre source hospitalière relevant de l’EHU nous dira : « j’espère qu’un jour la vérité explosera au sein de notre grand hôpital, et que les responsables de ce désastre seront sévèrement punis ».

A.Yzidi
Samedi 8 Octobre 2011 - 22:33
Lu 1555 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+