REFLEXION

Réveillez-vous !



Réveillez-vous !
Bien des décennies se sont écoulées pendant que certains politiques tournaient le dos au peuple qui a trop attendu que la situation s’améliore. Si messieurs les politiques n’ont pas ne le temps passer, parce que préoccupés à régler quelques affaires personnelles, le peule, lui, a vu filer ces ans on le comptant jour après jour, gardant l’espoir que demain sera meilleur qu’hier. Tout en s’accrochant à ses idées farfelues, guidé par son instinct, le peuple attend que passe le train qui le conduira vers d’autres contrées où il y fait bon vivre et où sa voix peut être entendue. Jusque là il a toujours donné sa voix chaque fois qu’il fut appelé à aller voter. En bon citoyen, bête mais discipliné, il a toujours voté pour des gens qu’il ne connaissait pas. Il a voté en se fiant aux affiches et aux belles paroles que les uns et les autres savent si bien prononcer lors de leurs infatigables campagnes qui n’ont de sens que pour ce qu’elles sont sensées traduire. Des campagnes qui ne durent que le temps qui leur est imparti pour ensuite disparaître et finir par ne plus exister. Ceux qui n’ont pas été élus iront se cacher quelque part pour refaire surface dès que l’occasion se représentera de nouveau. Des votes, il y en aura toujours…. Ceux qui ont été élus ont déjà oublié leurs promesses faites la veille et les beaux discours préparés à la mesure de la misère du peuple venu les écouter croyant que demain sera meilleur que la veille. Certains citoyens désespérés diront qu’ils sont fatigués d’écouter les mêmes paroles. N’ayant plus l’âge d’espérer, quoi que ce soit, ils souhaiteraient qu’au moins leurs enfants, ou à la rigueur leurs petits enfants, puissent vivre de meilleurs jours. C’est peut-être pour cela qu’ils se rendent aux urnes chaque fois qu’il leur est fait appel. Ils ne votent certainement pas gaité de cœur, leur seul espoir reste accroché à leur voix qu’ils donnent à ceux qui cependant ne les méritent pas. Du maire au député le contenu du calfeutré que tient l’un et l’autre est presque identique. Les mêmes paroles reviennent à chaque campagne tel un microsillon rayé qui répète le même mot. Les meetings se succèdent aux meetings et la situation demeure telle qu’elle malgré tous les efforts déployés par le gouvernement pour y remédier et rendre aux enfants du pays le sourire que le terrorisme aveugle leur a arraché durant les années noires. Réveillez- vous, messieurs les élus ! Ne pensez- vous pas que vous avez assez dormi pendant que le temps filait à une allure que vous n’aviez pu ni mesurer ni contrôler. Plongés dans votre léthargie vous ne vous êtes aperçu de rien. Vous sommeillez pendant que le peuple, le petit peuple, grattait la terre à l’aide de ses ongles déjà rongés, pour chercher sa nourriture. Vous lui avez promis mondes et merveilles et voilà qu’une fois aux commandes vous ne daignez même pas le recevoir pour écouter ses doléances. Vous vous enfermez dans vos somptueux bureaux oubliant ce qui se passe au dehors. Si vous lisiez les lettres ouvertes des citoyens que publient quotidiennement les presses écrites vous comprendriez alors que vous avez été investis. Des problèmes monstrueux demeurent sans solution. La gestion d’une cité, quelle que soit sa taille nécessite beaucoup plus d’attention et d’intérêt voire de l’abnégation et la ponctualité dans les actes.

Bentahar Mohamed
Lundi 29 Mars 2010 - 11:52
Lu 440 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+