REFLEXION

Rétro Région 2012 :En espérant des jours meilleurs en 2013

L’année 2012 dans la région Ouest du pays a été marquée par des faits dont les auteurs seront à tout jamais considérés à la hauteur de leurs actes. A Oran, le wali Abdelmalek Boudiaf s’est distingué à l’instar du wali de Mascara.



Rétro Région 2012 :En espérant des jours meilleurs en 2013
El Bahia tourne la page de l’année 2012
 
En effet, le wali d’Oran a bien lancé ses messages à plus d’un sens. Boudiaf Abdelmalek, n’est pas parti par trente six chemins pour annoncer à l’assistance que « La wilaya ne se gère pas de l’extérieur ». Une déclaration qui certainement va dans le sens que l’ère du favoritisme et du clientélisme qui a rongé plus d’un secteur à Oran est révolu. Boudiaf dira aussi que «  tous les dossiers sont traités par des commissions et dans la plus grande transparence ». Dans ses interventions, le wali n’a pas caché qu’Oran accuse un retard énorme en matière de développement. Dans ce contexte, le mandat des assemblées populaires communales d’Oran, qui a pris fin le 29 novembre dernier, a été scandaleux pour certains élus. Certains édiles ont fait preuve de mauvaise gestion et d’incompétence notoires. Les griefs les plus répandus sont les passations frauduleuses de marchés, détournement de biens publics et l’attribution frauduleuse de foncier. Durant ce mandat, 13 maires de communes de la wilaya d’Oran ont été poursuivis en justice. Pas moins de 12 autres élus ont subi le même sort. Quant aux élus, dont les noms ont été portés sur des dossiers d’enquêtes des services de sécurité, ils sont encore plus nombreux. S’agissant des maires poursuivis en justice, le dernier en date le maire sortant de la commune de Bir El Djir. Par ailleurs, triste destin porte la prophétique appellation de M’dina J’dida qui lui colle depuis le joug colonial comme une peau de chagrin, lui qui fut désigné avec racisme comme « Village Nègre ». Aujourd’hui le pays ayant recouvert sa souveraineté, ce légendaire quartier de Sidi B’lal longtemps occupé durant les années 90 par les immigrants africains en quête de voie pour l’autre rive méditerranéenne, se voit à certains égards traduire le malheur de la situation géopolitique qui sévit dans la région subsaharienne en drainant de plus en plus de réfugiés nigériens notamment, qui envahissent les rues et les méandres du quartier entre autres parties de la cité. Car en dépit de leur concentration dans le camp de recasement qui leur a été ouvert au niveau de la localité de Boufatis, ces cohortes africaines demeurent toujours faire partie de l’icône et du décor de la M’dina J’dida.
 
Le suicide, un phénomène qui a marqué l’année 2012
 
Les tentatives de suicides ont été l’un des événements les plus marquants de cette année 2012 dans plusieurs wilayas de la région Ouest du pays pour différentes raisons, à l’exemple  d’une vraie catastrophe qui a été évitée de justesse à Lardjem au nord de Tissemsilt où un homme âgé d’une trentaine d’années a tenté de mettre le feu à une station-service à Lardjem, dans la wilaya de Tissemsilt après avoir été ignoré par les services de la daïra quant à une correction d’une erreur de transcription dans son nom de famille sur sa carte nationale d’identité.  Un autre exemple, est celui du directeur d’un CEM  qui se tire une balle dans la tête à Tiaret,  présentant le sixième suicide en l’espace d’un mois (juin). Ec dernier, directeur du CEM « Boualga », dénommé B.A., âgé de 57 ans et résidant à Frenda, a mis fin à ses jours en se logeant une balle dans la tête en usant de son arme de guerre. Et mêmes les malades mentaux n’ont pas échappé à ce phénomène, où un aliéné mental s’est jeté du pont de Tsigaout à Chlef. Cet aliéné mental agressif connu sous l’appellation de « Blek » s’est jeté du pont de Tsigaout d’une hauteur approximative de 6 mètres. La victime toujours en vie a été évacuée vers l’EPH de Chorfa, dans un état comateux, selon la garde médicale de l’hôpital. La victime a déjà tenté une telle aventure la saison écoulée en sautant du pont du Chéliff, d’une hauteur de 12 mètres.  
 
Trafic de drogue, un fléau qui se développe
 
Le trafic de drogue a connu aussi des taux alarmants en 2012, où les services de sécurités ont pu à maintes reprises saisi de grandes quantités de kif. Par exemple, notamment dans la wilaya de Tlemcen où les services de la sûreté nationale à la frontière marocaine ont réussi un gros coup de filet où plus de 18 tonnes de kif traité ont été saisies par les éléments de la brigade de lutte contre les stupéfiants de Tlemcen dans une ferme dans la zone frontalière "Colonel Lotfi" de la daïra de Maghnia. Par ailleurs, depuis le mois de janvier 2012, les services sécuritaires de Béni-Saf  et Bouzedjar à Ain Témouchent ont découvert une quantité globale de 156 kg de kif traité rejetés par la mer, répartis en 36 kg, 90 kg et 30 kg. La dernière quantité de 30 kg  a été découverte  avant-hier, au niveau de la plage de Bouzedjar.  Ces quantités auraient été rejetées par les narcotrafiquants qui  trouvent des difficultés  à la suite des contrôles et des dispositions de grande envergure prises par  les différents services de sécurité et des douanes au niveau des voies terrestres frontalières dans le cadre de la prévention et lutte contre la drogue.



La famille qui vit à l’âge de pierre à Tiaret
A Tiaret,  on n’a tous été émus par l’histoire incroyable mais vraie, d’une famille d’handicapés, à la cité « Chaâbet-Arbia » de Frenda à tiaret ; qui vit encore à l’âge de pierre, où l’indifférence de la société s’est mariée à l’absence quasi-totale des responsables ; et concernant les élus, c’est le laxisme criard. En effet, les services de la police judiciaire  de Frenda ont été informés par un citoyen voisin de la famille Boumediene au sujet d’une découverte macabre d’un mineur répondant au nom de Boumediene Benkhlifa né le 11 octobre 1996  (soit âgé de 16 ans). Et sitôt présents sur les lieux, c’est la grande surprise; la famille d’handicapés vit à l’âge de pierre. Au  niveau de l’EPH  " Ibn-Sina», le certificat médical confirme que B.B, 16 ans est mort suite à  une hypothermie et malnutrition, et c’est écrit noir sur blanc  « cachexie ». La famille est victime de l’oubli.
 
La route fait son lourd bilan 
 
La route a aussi fait son lourd bilan dans l’année 2012, où 54 personnes ont été blessées dans un accident de la route survenu sur la route nationale N°4 sur le territoire de la wilaya de Mascara. Selon la protection civile de la wilaya, un bus de transport scolaire est entré en collision avec un camion entre les communes de Bouhenni et Sig. Les victimes, blessées à différents degrés de gravité ont été évacuées par des particuliers et des éléments de la protection civile vers l’hôpital de Sig. Les victimes sont originaires du village Ouled Daho et se rendaient vers leur établissement scolaire situé à Bouhenni-centre. A bord du bus, il y avait outre les 47 élèves, 7 travailleurs de la commune dont le conducteur.
                     
 
Les crimes
 
Le crime a atteint un point inimaginable en 2012 et seuls les sociologues et psychothérapeutes sont capables de nous donner les raisons réelles de ce phénomène qui prend une dimension angoissante dans notre pays. À Zemmora, un jeune, après que sa demande au mariage ait été refusée par les parents de sa victime, a appris que la fille  a accepté un prétendant qui est venu demander sa main. Enragé, ce fameux jeune éducateur et professeur de sport, guette minutieusement la victime et à sa sortie de leur domicile sise à la cité 542 logements à Zemmora munie d’un cabas pour aller prendre le car allant vers Oran pour rejoindre l’université, le criminel très en colère l’a surprend de dos et s’empara d’elle en lui portant plus de 20 coups de couteaux dans différentes parties de son corps notamment son visage qui a été totalement défigurée, la laissant gisant dans une mare de sang où elle a rendu l’âme sur place et il est rentré calmement chez lui pour être arrêté quelques minutes après par les éléments de la sûreté de daïra de Zemmora.
 

Par Toufik
Lundi 31 Décembre 2012 - 13:19
Lu 843 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+