REFLEXION

Réponse simple à un responsable complexe

Changement de modèles, changements de comportements, changement de croyances, changements de convictions, le monde se transforme, il entre dans une nouvelle ère ? Étape après étapes, l’individu évolue, se pose des questions, essaye, chute, réussit, souffre, remis et renaît. Tout cela, heureusement, se fait loin de l’ignorance des responsables qui se trouvent prisonniers dans l’inculture religieuse et l’ignorance de leurs objectifs de vivre, des égoïstes prétentieux qui sont les pires ennemis de l’évolution et de la créativité.



Réponse simple à un responsable complexe
Ces responsables  sont  porteurs de non-sens et non de sens. Défenseurs du mal, ils jouent de la peur et de la paranoïa vis-à-vis des employés, pour conserver un égoïsme au lieu de construire leur charisme et de s’adapter à ce monde nouveau, qui malgré tout, verra le jour. Inadaptés pour la plupart aux réalités actuelles, enfermés dans leurs certitudes et leurs jeux d’enfants, ils ne font pas évoluer leurs comportements, leur discours depuis…. Ils ne voient pas, ne comprennent pas, n’entendent pas. Leur pensée est linéaire… droit dans le mur ! Pendant ce temps les  travailleurs de tous les secteurs  -femmes hommes-, continuent d’assurer leurs missions dans un environnement favorable avec des joies et du bonheur, ne partagent pas la peur, le stress, les douleurs avec notre Wali irresponsable.  L’Administration  est en train de renaître avec de nouveaux comportements et de nouvelles convictions tout comme il arrive à renaître après une grave opération, après un accident, après une rupture douloureuse, après une faillite, lorsqu’on  prend conscience de cette traversée, lorsqu’on  prend conscience de soi et de son potentiel. C’est ainsi que dans  la mouvance actuelle de l’évolution des mentalités, certaines essayent de comprendre et acceptent de se remettre en cause, d’autres se sclérosent, d’autres meurent à force d’habitude (Si tu fais souvent ce que tu as fait, tu vas  avoir ce que tu as souvent eu – engueulement et cri et manque de respect à autrui   ). Ce dicton reflète la situation actuelle de notre Wali  Che Guevara. Certains disent qu’il faut se réinventer. Oui mais comment ? Notre révolutionnaire est  dans un contexte qui bloque toute réinvention, toute création. Se réinventer signifie abandonner des croyances, des comportements et des habitudes pour faire de la place à de nouveaux modèles. Souvent ce sera un changement de contexte qui changera les habitudes. Se réinventer et créer repose donc sur une logique, sur une méthode. À l’heure où les comportements des administrés changent, alors que le citoyen  devient un difficile acheteur et établi des ratios entre la valeur émotionnelle du produit, ses insatisfactions présentes et son besoin réel, il est incontournable de réinventer et de recréer une dynamique d’organisation nouvelle dans les rapports Lion et autres, notre ami, surement incompétent, continue à imaginer qu’il est le seul à voir et à dire juste !

C’est parce qu’il s’appelle lion qu’il a toujours raison.
L’heure des petits emmerdeurs, quelque soit leur rang, doit  sonner  mais aussi celle des carriéristes égocentrés sur eux-mêmes et des khobziste comme notre révolutionnaire. Comment acquérir cette dimension personnelle, celle d’un petit  rêveur, comment faire évoluer cette conscience de soi, comment développer ces compétences, comment mettre tout ça en  pratique  loin des ronds point et des palmiers à 50.000 DA l’unité et loin d’être le bombardier de Mascara ? Tout le monde peut y arriver…question de temps et d’ouverture d’esprit ! Il s’agit d’une mécanique de pensée et de comportements à acquérir avec des exercices très ciblés autour de sujets divers et variés. Cette mécanique existe depuis des siècles. Elle a permis la construction d’empires, de civilisations, d’entreprises importantes. À la tête de tout cela, des leaders, des vrais, avec une vision, des convictions, des comportements plus larges que leur seul ego, des leaders qui possèdent cette mécanique grâce à un apprentissage et aussi du fait d’une dimension personnelle adaptée. Cette mécanique repose entre autre sur le fonctionnement de la philosophie, matière essentielle qui développe la pensée, structure la vision, élargit la compréhension, donne de la souplesse, permet de comprendre les effets systémiques et assure la créativité. Toutes ces facultés qui permettent de réussir et d’assurer l’accomplissement des planifications stratégiques  intelligentes et non sur la perversité et la trahison de notre  cher révolutionnaire. Voici donc qui arrive, l’heure où de nouveaux leaders vont apparaître, où de nouvelles pensées vont s’exprimer, où le monde va se reconnaître et se rassembler sous de nouvelles croyances. Si le mouvement vous semble lent, sachez qu’il est de fond et qu’il ne s’arrêtera pas. Regardez bien le monde et tout ce qu’il va se produire dans les mois et les années qui viennent. Vos scandales qui vous paraissent éclabousser les différentes administrations mettent en évidence les trois maux qui rongent la société et l’entraînent vers le déclin : le clientélisme, d’abord ; son corollaire, l’incompétence arrogante, ensuite ; et, à l’origine de ces maux, le communalisme tacticien des carriéristes. Ces travers expliquent pour une très large part les dysfonctionnements de votre cerveau  et les déficiences organisationnelles de votre corps. Il serait naïf d’attendre des emmerdeurs  qu’ils fassent totalement abstraction des considérations qui divisent. Ils ne le font pas. Ni ceux d’aujourd’hui ni ceux d’hier ; ni ceux d’ici ni ceux d’ailleurs. Mais tout  comportement  a ses limites. Lorsqu’il est ignoré des décideurs, il faut craindre de graves conséquences pour vous-mêmes et surtout pour votre santé -vous êtes malade-  et vous risquez de devenir fou car déjà vous êtes un démon. Quand vous avez réalisé que vous n’avez aucune  compétence nécessaire aux responsabilités, quand vous  ne  possédez  aucune des vertus attendues de vous dans vos fonctions, quand vous vous  mêlez  de ce qui ne vous concerne pas, quand  vous dépassez vos compétences et attributions en s’ingérant dans les affaires des autres ,quand vous prétendez  être un homme responsable alors que vous n’arrivez même pas à gérer  votre personnalité ou à vous éduquer , drapé dans l’arrogance empruntée à Satan, non seulement vous essayez de ruiner  l’intérêt général mais vous discréditez la stratégie du président de la République   et  insinuer que tous les  dirigeants  locaux sont des incompétents – ce serait injuste –, ni que tous ses employés sont pistonnés – ce n’est pas le cas –, l’administration et les structures  publiques   sont  néanmoins peuplées  de centaines d’employés, du sommet à la base, recrutés par des dirigeants successifs uniquement sur le critère de compétence. Vous avez une pensée d’affiliation tribale  C’est ce qui a vicié et perverti votre propre personnalité.Votre activité  d’un "grand révolutionnaire" se marie volontiers à vos faux bilans psychologiques. Car les grands révolutionnaires comme vous  n'aiment pas le marché ouvert, la concurrence qui menacent leur position soi-disant  dominante. Dirigeants et fonctionnaires se comprennent et s'entraident pour garder  le cap de notre Administration.Enfin contentez –vous de faire votre travail  en laissant aux autres la possibilité de faire leur  devoir, car gérer le quotidien et attendre 16h 30 est très facile. Prendre des initiatives, proposer et innover dans son domaine est la meilleure manière de lutter contre l’immobilisme, la monotonie et la folie qui vous touche en profondeur.

C’est seulement dans le travail que l’homme est grand- “Mechi fi tachrak el foum”
- quel est votre véritable bilan ? Il ne faut pas laisser nos moyens de vivre compromettre nos raisons de vivre. Tout ce qui est a été évoqué-même quand cela est vrai- se trouve ainsi décrédibilisé et clairement catalogué comme simple propagande. Et personne n’est surpris par votre haine car tout le monde considère que le seul capital sérieux de l’Administration  est son image actuelle, qui n’est pas un cadeau, mais le résultat de beaucoup d’efforts fournis par tout le monde à l’exception de ceux qui ne travaillent pas et ne laissent pas les autres travailler ! L’idéal serait une Wilaya  dans laquelle chaque fonctionnaire  s’occupant de ses intérêts contribue à l’enrichissement de toute la structure. Notre administration  est donc considérée comme un contrat social; une convention qui prescrit des droits et des devoirs à chaque partie prenante. Ainsi, nos STRUCTURES  sont donc un contrat entre les membres d’une société ou chaque individu se doit de se construire en toute indépendance, mais en respectant les autres, pour se donner ensuite à l’action commune.

DAHOU Mohammadia - Mascara
Vendredi 27 Juillet 2012 - 23:44
Lu 376 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+