REFLEXION

Rentrée scolaire

La rentrée scolaire entamée sous le signe de la prévention contre la grippe porcine, à inciter les autorités à mettre en place une série de mesures pour lutter contre la pandémie dans les écoles.



Rentrée scolaire
Par des cours de sensibilisation, dispensés le premier jour aux élèves des trois paliers, les autorités veulent impliquer les responsables des écoles (corps enseignant et administratif) pour mettre une politique préventive et soumettre les élèves à des contrôles médicaux périodiques. Avec 50 cas de grippe porcine avérés dans le pays, les pouvoirs publics semblent vouloir prendre les devants pour parer à toute éventualité, la menace est telle que les secteurs jugés sensibles, notamment là où la concentration humaine est de mise, feront l’objet de mesures préventives.Toutefois, reste les parents d’élèves qui doivent recevoir toutes les informations sur la pandémie et sur les questions de savoir comment se prémunir de la maladie et comment agir ? C’est là l’essentiel des idées devant constituer cette opération de prévention et de lutte contre la pandémie, qui a tendance à se propager rapidement durant les saisons de grand froid. Les responsables en charge de l’éducation sauront-ils y faire face ? Connaissant les tares souvent décriées d’un système qualifié de peu performant dans son ensemble, parfois même de sinistré, qui déteint ainsi forcément sur l’université, le secteur de l’éducation ne semble pas en mesure de prendre sérieusement en charge la lutte contre la grippe porcine, faute peut-être de moyens, mais surtout de maitrise et de conscience professionnelle qui font défaut, contrairement aux premières années de l’indépendance, où le système éducatif algérien a longtemps été cité en exemple sur la scène arabe et régionale et contribuait à maintenir le sentiment d’appartenance nationale. Ceci devrait être un élément précurseur pour le corps enseignant appelé aujourd’hui plus que jamais à faire preuve de rigueur et de discipline, car il s’agit de l’avenir de nos enfants et de toute la nation. La rentrée scolaire a été marquée encore une fois par des turbulences qui n’ont pas lieu d’être, à l’mage du choix des couleurs des tabliers dont les élèves devraient porter (Le rose pour les filles et le bleu ciel pour les garçons), décision ministérielle qui est venue non seulement perturber la rentrée scolaire, mais elle a été prise hâtivement sans aucune consultation, sinon pourquoi les élèves sont-ils renvoyés de l’école faute d’un tablier réglementaire ? Comme il fallait s’y attendre, dix sept années à la tête de l’éducation nationale, n’ont pas suffit encore au ministre pour comprendre qu’il s’agit d’un secteur hautement stratégique et que toute décision concernant l’avenir des enfants doit être mûrement réfléchie.

Amara Mohamed
Jeudi 17 Septembre 2009 - 08:20
Lu 518 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+