REFLEXION

Reggane : Essais nucléaires. Les habitants demandent des études sur les conséquences des explosions



Reggane : Essais nucléaires. Les habitants  demandent des études sur les conséquences des explosions
Plus d’un demi-siècle après l’explosion de la première bombe nucléaire française à Hamoudia (daïra de Reggane) le 13 février 1960, les autorités algériennes ont enfin réagi en installant une clôture qui définit le périmètre de l’impact afin et d’éviter aux habitants de la région, la menace éventuelle d’une contamination selon un communiqué établi par la direction de l’environnement de la wilaya. Quatre entreprise ont été sollicitées pour une enveloppe financière de treize millions de dinars afin d’entreprendre les travaux appropriés, mais les habitants préconisent la mise en place d’une commission scientifique afin de mener des études approfondies et des analyses concernant les personnes et l’environnement. Les travaux consistent à mettre en place une clôture longue de 3000 mètres afin d’empêcher les curieux et autres de s’approcher du lieu de l’impact qui demeure encore en activité selon les experts qui ont l’ont visité. Il est à noter que les conséquences de cette terrible explosion ont laissé d’énormes séquelles et les gens et la végétation en souffrent encore. La constitution d’une commission d’experts en nucléaire pourrait, grâce aux tests et analyses effectués sur l’ensemble des personnes touchées ainsi que la palmeraie sur une superficie de 50 km2, lever le voile sur cette terrible tragédie qui a secoué et ébranlé le monde en 1960. En attendant l’installation de cette clôture, des campagnes de sensibilisation sont menées tambour battant par l’APC de Reggane afin d’éviter toute contamination. Les habitants de la région insistent sur la programmation d’études épidémiologiques ainsi qu’une liste des différentes maladies liées directement ou indirectement à cette explosion. La demande des concernés est adressée aux autorités françaises et algériennes pour la création d’un pôle d’observation des différents sites ayant servi aux essais nucléaires comme ce fut le cas pour l’Angleterre et ses sites en Australie. d’ailleurs un rapport a été établi par le ministère de la défense française en mars 2007 autour de ces explosions qui ont eu lieu dans le Sahara algérien entre 1960 et 1967, le même rapport appuyé par d’autres émanant de l’agence internationale de l’énergie en 1999 et en 2005 précise que l’activité nucléaire subsiste toujours au niveau de Hamoudia ( Reggane ) suite aux lancements menés sous le nom de code « Gerboise blanche et gerboise bleue », une affaire qui a fait couler beaucoup d’encre et dont la grandeur d’un pays comme la France se trouve sérieusement entachée, qui a fait fi des droits de l’homme et de la vie de centaines d’êtres humaines. Et on ose parler de fraternité et d’égalité c’est le comble de l’ironie ! Une affaire à suivre. M. Cherif

. .
Jeudi 6 Août 2009 - 08:02
Lu 991 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+