REFLEXION

Rapport du Forum économique mondial du 3 septembre 2014 et poids du Maghreb

Le classement du Forum économique mondial de Davos du 03 septembre 2014 pour le Maghreb est mitigé. L’on doit éviter à la lecture de ce rapport tant la sinistrose que l’autosatisfaction, ayant assisté à des améliorations mais encore beaucoup d’insuffisances, objet de cette analyse



1.-Selon le classement réalisé par le Forum économique mondial de Davos du 03 septembre 2014 (1) dont je détiens la copie intégrale du rapport 2014/2015 réalisé auprès de 15.000 chefs d’entreprises  dans 144 pays relatif  à  l’efficience économique globale La note retenu est  sur sept(7)  et les indicateurs retenus sont la qualité des institutions, les infrastructures, la santé, l’enseignement e t la formation professionnelle, l’efficacité des marchés financiers, la maturité technologique  et la taille de l’économie ). Ainsi,  l’Algérie est classée  79ème place  (4,08 sur 7)  et gagne 29 places par rapport au classement précédent étant classée  le deuxième  au Maghreb ;  le Maroc gagne cinq  points étant classé  72ème  (4,21), étant à la première place au niveau du Maghreb,  la Tunisie la troisième place, 87ème (3,96), la Libye 126ème (3,48) et la Mauritanie (141ème ( 3,00). La France pour un PIB de 2013 de 2737 milliards de dollars et une population de 63,7 millions,  arrive à la 23ème place avec une note  de 5,08,  dont pour les infrastructures 8ème  4e pays au monde avec le plus de connexions à l’Internet haut débit pour 100 habitants, un bon système éducatif (8ème pour la qualité des écoles de management, 17èmee pour la qualité de l’éduction dans les sciences et les mathématiques, 17ème pour les  nouvelles technologies 17ème,  l’innovation 19ème, et la qualité des institutions 12èmeMais la France  est  121e rang pour la lourdeur de sa réglementation, au 129e pour le poids de la dette, au 132e en matière d’imposition sur les bénéfices et au 134e en ce qui concerne les procédures d’embauches et de licenciements. D’autres pays européens sont loin derrière  comme l’Espagne à la 35ème (4,545) et l’Italie à la 49ème (4,42). Au niveau de la région  MENA , les Emirats Arabes Unies  arrivent à la 12ème place,  le Qatar à la 16ème, l’Arabie saoudite (24e), le Koweït (40e), le Bahreïn (44e), Oman (46e) et la Jordanie (64e). En Afrique, nous avons  l’île Maurice (39e), l’Afrique du Sud (56e) et le Rwanda (62e), la Namibie (88ème), le Kenya (90ème)  et  la Zambie (96ème). Les  cinq  pays les plus performants sont par ordre: la Suisse (5,70), Singapour (5,54), les USA (5,50),  la Finlande (5,50)  et l’Allemagne (5,49). Avec le Japon, Hong-Kong, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède  nous avons les TOP10. Les derniers pays sont l’Angola (3,04), la Mauritanie (3,00), le Yémen (2,96) et la Guinée (2,79). Selon les experts du WEF,  les économies qui occupent les premières places du classement ont toutes en commun « d’excellents résultats en matière de formation et attraction des talents, ainsi qu’une politique d’investissements encourageant l'innovation».  Examinons  ce rapport.

 

2.- Concernant l’innovation, le Maroc arrive à la 82ème place (3,50), la Tunisie 93ème (3,40) et l’Algérie 133ème  (2,91). Du point de vue de l’efficience réelle des entreprises, le Maroc  arrive à la 78ème positon avec 3,92, la Tunisie 125ème  et l’Algérie à la 125ème place. Du point de vue de l’efficacité des institutions (Etat de droit- justice, libertés économiques  et sociales  déterminants pour une visibilité dans le monde des affaires),  l’Algérie arrive à la 97ème place,  avec une note de 4,14 ; le Maroc 49ème avec une note de 4,21 ; la Tunisie 81ème  (3,70), la Libye 142ème (2,76) et la Mauritanie 138ème (2,76 toujours sur 7). Pour les infrastructures  l’Algérie  son score est mitigé par  rapport à l’importance de la  dépense publique dans ce segment qui a absorbé plus de 70% des ressources financières entre 2000/2014,   étant classée à la 90ème place (note de 3,52), le Maroc 55ème (4,38), la Tunisie, 79ème (3,80), la Libye 142ème (2,62) et la Mauritanie  138ème (2,76). Pour le cadre macro-économique  l’Algérie est classée 122ème  (note de 3,82), le Maroc 66ème (4,72), la Tunisie 111ème (4,03),  la Libye  41ème  (5,36)  et la Mauritanie 74ème (4,66). Pour l’éducation l’Algérie réalise un bon score  62ème  (note de 5,85),  le rapport insistant sur l’amélioration de la qualité, le Maroc 76ème (5,66), la Tunisie 53ème (6,00), la Libye 119ème (4,55) et la  Mauritanie 42ème (6,14). Pour la sophistication du système financier poumon de tout développement socio-économique, l’Algérie est classée  139èmee  avec une note  de 2,15, le Maroc 69ème (4,02), la Tunisie 90ème (3,38), la Libye 144ème (1,95) et la Mauritanie 123ème (2,71). Quant à la situation  du marché du travail, l’Algérie est classée  139ème  sur 144 avec une note de 2,15 (marché trop rigide),  le Maroc   111ème  (53, 8)    , la Tunisie 117ème (3,354), la Libye 133ème  (3,41)  et la Mauritanie 141ème (note de 2,50  sur 7).

 

En résumé, comme le soulignaient avec force les 36 auteurs dans deux  ouvrages collectifs réalisés sous ma direction et celle  de Camille « le Maghreb face  enjeux géostratégiques »  (Edition Maarifa Algérie-Harmattan Paris -2 volumes -1100 pages mars- juillet 2014 ), le Maghreb, région  à fortes potentialités, , pont entre l’Europe et l’Afrique, dont les échanges intermaghrébins représentent moins de 3% et son produit intérieur brut  d’environ 430 milliards de dollars  entre 2013/2014 sur plus de 73.000 de PIB mondial , assistant à sa marginalisation, renvoyant à l’urgence de son intégration qui lui fait perdre plusieurs points de taux de croissance par an 2 à 3%/an. Selon une note de l’ONG Oxfam de septembre 2014 la non-intégration coûterait 10 milliards de dollars par an au pays de la région. Toujours selon cette ONG,  la  fuite de capitaux de la région  est équivalente à 8 milliards de dollars chaque année, qui s’expliquerait, en partie, " par la non-intégration de la région qui la rendrait moins attractive pour les investissements".  Des réformes structurelles sont urgentes afin d‘améliorer le climat  des affaires notamment au niveau   institutionnel, (lutte contre la bureaucratie, la corruption et les  lourdeurs administratives) renvoyant à l’urgence d’une meilleure gouvernance et ce par  une  plus grande moralisation et démocratisation de la gestion de la Cité  tant dans le domaine politique, économique que  social. ademmebtoul@gmail.com  

 

(1)-The Global Competitiveness Report 2014/2015 - World Economic Forum 03/09/2014 -548 pages

 NB-toute reproduction sans citer l'auteur est interdite


Dr Abderrahmane MEBTOUL
Vendredi 5 Septembre 2014 - 13:43
Lu 336 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+