REFLEXION

Ramadhan 2013 : Les Mostaganémois entre l’enclume des dépenses et le marteau des exigences du mois sacré

Les lourdes charges et dépenses prévues pour ce mois sacré ne peuvent, toutefois, occulter les vertus innombrables de cette occasion religieuse que les familles Mostaganémoise s’attachent à préserver avec fierté.



Ramadhan 2013 : Les Mostaganémois entre l’enclume des dépenses  et le marteau des exigences du mois sacré
L’aménagement, l’embellissement, le changement de décor des foyers, l’achat d’une nouvelle gamme d’ustensiles et la réhabilitation d’autres servant uniquement aux plats traditionnels, font partie des actions projetées en prévision du ramadan, mois de pardon, de rahma et de générosité. En effet, plusieurs chefs de famille se trouvent, dans l’obligation de se reconvertir, par la force des choses, en "expert comptable" afin de s’imposer un régime restrictif durant le mois sacré, en administrant leurs ménages "avec une sage économie".Seules les prouesses d’un "expert comptable" pouvant rationner les dépenses et les charges est à même de "sauver" le budget familial de tant de "tentations de ripailles" durant ce mois de carême qui appelle pourtant à la sagesse et à l’abstinence.La flambée des prix, pratiquée dès l’avènement du mois de ramadan, par des commerçants avides ne laissent pas indifférents les pères de familles qui, par souci de s’épargner les "surtaxes événementielles" et les fluctuations survenant dans les prix au détriment de leurs bourses, s’approvisionnent, des semaines avant le jour "J", en produits alimentaires de base non périssables nécessaires au menu de ramadan.Entre l’enclume des dépenses et le marteau des exigences, certains ménages, notamment la classe moyenne, recourent aux méthodes traditionnelles d’ensilage pour sécher, entreposer et conditionner leurs produits afin de se prémunir des spéculations effrénées sur les aliments et de leur cherté.El Hadja Fatima, femme au foyer, soutient que de pareilles pratiques devraient permettre de stocker un large lot de produits, dont les épices préparés maison, et, par conséquent, s’épargner les faux frais et mettre fin aux interminables files, sous un soleil de plomb, devant les marchés, les épiceries, et les grossistes pratiquement pris d’assaut en période de jeûne."Eviter les prix exorbitants et les dépenses inutiles pendant ce mois ce qui permettra d’économiser pour l’Aïd El Fitr, d’acheter des tenues vestimentaires aux enfants, mais aussi d’assurer des achats pour la prochaine rentrée scolaire.Certaines familles y réfléchissent d’ores et déjà", affirme El Hadja Fatima, soulignant que l’idéal serait de faire les achats bien loin des jours de fête ou autres occasions afin de "préserver son porte-monnaie et épargner aux petits ménages bien des désagréments".Mme Samira, employée et mère de quatre enfants, «  j’achète mes commission une semaine à l’avance pour éviter la flambée des prix », avoue pour sa part."Les vacances d’été, le ramadan, Aïd El Fitr et la rentrée scolaire sont autant de facteurs successifs qui minent le budget familial et tarissent mon +écrin+", estime cette femme qui se dit épuisée par le fardeau de la responsabilité familiale, indique M.Mohamed, un fonctionnaire.  "L’accueil des invités, pour rompre le jeûne chez moi, dans un ancien décor ordinaire n’effleure même pas mon esprit", soutient Mme Nassima employée, qui déclare être "attirée par le beau"."Je ne ménage aucun effort pour changer de rideaux, de couverts, d’accessoires d’ornements, de tableaux et cadres et, de surcroît, sans aucun sous à gaspiller, car ayant prévu un budget spécial au préalable, pour permettre à ma petite famille et à mes invités de rompre le jeûne dans une ambiance de détente et de gaieté.". Mme Farida, femme au foyer estime, quant à elle, qu’un "décor attirant et une table bien garnie, le tout pour un budget géré rationnellement, est à même de permettre de partager, avec frères et amis, des moments agréables en ce mois sacré".D’aucuns soutiennent, en effet, que "l’Invité annuel, qu’est le mois de ramadan, est le mois de générosité et d’abondance", justifiant subtilement les dépenses des Mostaganémois durant cette période de carême où l’amour du prochain et les valeurs spirituelles constituent le socle sur lequel reposent la fraternité, l’entraide et la solidarité entre les familles algériennes.

Ikram
Dimanche 14 Juillet 2013 - 11:55
Lu 494 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+