REFLEXION

RIFFIFI A L’APC DE SIDI-BELATTAR : Le maire et trois membres de l’APC devant le procureur



RIFFIFI A L’APC DE SIDI-BELATTAR : Le maire et trois membres de l’APC devant le procureur
C’est aujourd’hui, que comparaîtront devant le procureur de la République près le tribunal d’Ain-Tedles, le maire de la commune de Sidi-Belattar et trois membres de l’APC, dans une affaire qui oppose les deux parties. Une affaire qui oppose le président de l’APC de Sidi Belatar, M. K.A, à trois membres de l’APC, en l’occurrence MM. Rouaighia El-Hadj, membre élu d’obédience MSP et fonctionnaire à ladite commune, Khellafi Mohamed et Rouaighia Mohamed, tous deux membres élus appartenant à la formation politique du FLN. Le fil de l’histoire remonte au 10 août 2010, selon les trois membres ci-dessus cités, qui se sont rapprochés de la rédaction du journal, pour apporter des précisions concernant la genèse des faits. Selon toujours leur déclaration, « les trois membres ont reçu individuellement une invitation pour assister à une réunion de l’assemblée communale qui devait se tenir le 10 août dernier à 10 heures. Cette réunion avait pour objet de dégager une enveloppe financière destinée aux couffins du ramadhan, ainsi que la désignation d’un régisseur communal ». Selon M. Rouaighia El-Hadj, tous les trois sont arrivés à 10 heures tapantes au siège de l’APC, juste le temps des salamalecs avec les employés de la commune, avant de rejoindre le bureau du maire, où il était 10h 05mn. Enchainant dans sa déclaration, notre interlocuteur, affirme « au moment où ils allaient frapper pour entrer, les membres de l’exécutif communal et un délégué, venaient de quitter le bureau du maire ». Jusque là, rien d’anormal. Mais, grande fût leur surprise, lorsqu’ils entendent le maire, leur annoncer que la réunion vient de se terminer. « Il n’est que 10h 05 mn répliquent tous les trois, la réunion ne peut se faire en cinq minutes et sans la présence des membres de l’APC » et n’ont eu pour réponse : « Non messieurs, il est 10h 30 mn ». Nos interlocuteurs, interloqués, rappellent au maire que les trois montres indiquent le même horaire contrairement à ce qu’il avance. Ne pouvant accepter la remarque, il les somma de disposer de son bureau en leur lançant des propos injurieux et grossiers. Et c’est à partir de là, que la situation a dégénéré. M.Kehellaf Mohamed affirme avoir été tabassé par le maire, d’où un certificat de 15 jours lui a été délivré dans un premier temps, avant d’être prolongé pour la même période, l’intéressé présentait selon le certificat médical des problèmes oculaires et des contusions dorsales, puis un autre certificat délivré cette fois-ci, par un diabétologue qui certifie que l’intéressé en l’occurrence M.Khellaf Mohamed, « a été victime d’une agression et lors de cette dernière, un diabète sucré est apparu dans une forme grave Acido-cérose diabétique », pour laquelle, il a été hospitalisé, tout en bénéficiant d’une prolongation de convalescence de trente (30) jours. Vu le climat tendu, les trois membres ont décidé d’un commun accord d’aller aviser le chef de la daïra, et lui rendre compte de ce qui s’est réellement passé ce jour-là, mais le maire ne semblait point inquiet de ce qu’ils allaient entreprendre selon eux. M. Khellaf Mohamed, nous a déclaré qu’il est allé consulter un médecin qui lui a délivré un certificat médical de 15 jours, et est allé ensuite déposer plainte auprès de la brigade de gendarmerie de Belatar. Et depuis la situation n’a pas bougé, jusqu’à ce qu’il soit convoqué par la brigade de gendarmerie de Ain-Boudinar, pour qu’il soit entendu, suite à une plainte déposée par le maire contre les trois membres de l’APC. M. Khellaf et ses camarades, se demandent aujourd’hui, où est passée leur plainte déposée le jour de l’agression, soit le 10 août 2010, au niveau de la brigade de Belatar. Aujourd’hui, tous les trois, sont appelés à répondre devant le chef du parquet près le tribunal d’Ain-Tedles, suite à la plainte déposée par le maire. Selon les trois élus, il semblerait qu’ils détenaient des dossiers sur la gestion de la commune et qu’ils mesureraient toute l’importance quant à l’issue de cette affaire. Nous y reviendrons sur ce sujet dans nos prochaines éditions.

Ahmed Mehdi
Dimanche 19 Septembre 2010 - 00:01
Lu 2166 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+