REFLEXION

REUNION INFORMELLE DE L’OPEP, LES 26/28 SEPTEMBRE 2016 A ALGER : Quelles perspectives face aux mutations géostratégiques mondiales ?

Les pays de l’OPEP doivent se réunir en informel à Alger les 26/27 septembre 2016 au moment où le cours du pétrole est à un niveau relativement bas coté le 15 septembre 2016 à 46,73 dollars pour le Brent et 44,05 dollars pour le Wit avec un cours de 1,1230 dollar un euro. La problématique essentielle, maintes fois soulevée dans mes contributions sur le site maghrebemergent, est d’analyser l’impact de l’OPEP face aux nouvelles mutations géostratégiques mondiales



1.-.L’OPEP, malgré ses  importantes réserves  représente seulement un tiers de la production commercialisée mondiale avec une influence déclinante.  Selon  les statistiques internationales les dix plus grands producteurs par ordre décroissant  en 2015 sont :   l’Arabie Saoudite, les Etats Unis,  la Russie, en quatrième position la  Chine que l’on ne cite pas  souvent en tant que producteur, le    Canada, L’Iran 7. Les Emirats Arabes Unies  8. L’Irak mais ce pays a les capacités de l’Arabie Saoudite, le  Koweït  Viennent ensuite  par ordre décroissant  le Nigeria, le Venezuela, le Brésil, l’Angola , le Kazakhstan, le Qatar, la Norvège et l’Algérie, avec un quota de 1,2 million de barils/jour sur environ 33 millions de l’OPEP,  la Colombie, Oman et la Libye pour ce pays, loin de ses potentialités ;  du fait de la guerre civile . L’OPEP regroupe actuellement 14 pays membres. En Afrique , nous avons  l’Algérie  ; l’Angola ;  le Gabon ;  la Libye  ; le Nigéria . En Amérique du Sud, nous avons le Venezuela : pays disposant des premières réserves  de pétrole au monde grâce à ses ressources en sables bitumineux   et paradoxalement  actuellement en semi-faillite, l’Équateur ,   un des  petits producteurs de l'OPEP. En Asie nous avons l’Indonésie    : membre de 1962 à 2008 qui a réintégré l'OPEP au 1er janvier 2016, six ans après l'avoir quittée. Au Moyen-Orient, nous avons, les Emirats arabes unis  ; l’Arabie saoudite : membre fondateur. Leader traditionnel de l’OPEP ;  l’Iran : membre fondateur ; l’Irak ; le Koweït  et le Qatar,  le pays se distinguant davantage par ses ressources gazières ( 3ème réserve mondiale après la Russie et l’Iran). Les pays du Golfe, l’Arabie saoudite en tête, ont en effet fait savoir à plusieurs reprises  qu’ils n’accepteraient de réduire leur production que si les producteurs extérieurs au cartel, notamment la Russie dont la production a atteint dernièrement un niveau record, s’engageaient également dans cette voie, ce que la plupart des analystes jugent peu probable. Tout au plus l’on devrait s’attendre à  un gel en cas d’entente entre d’une part  la Russie et l’Arabie Saoudite  et d’autre part  entre l’Iran qui a besoin de financement et l’Arabie Saoudite. Le grand problème est le niveau du gel sachant que la Russie et l’Arabie Saoudite ont atteint  un niveau de production record  entre juin et août 2016.  Le maintien à ce niveau n’influencerait alors en rien le niveau des prix. Mais à  l’avenir tout dépendra de croissance de l’économie mondiale, dont le ralentissement des pays émergents, Argentine-Brésil-Inde (la entre ½%), surtout la Chine, 7% de taux de croissance, explique la faiblesse de la demande. Mais la compréhension de la stratégie énergétique mondiale  est en réalité plus complexe, et entre la géostratégie mettant en difficulté la Russie,  l’Iran, le Venezuela, et par voie de conséquence, l’Algérie, ces pays étant les maillons faibles de l’OPEP. Doit être pris en compte du côté de l’offre, l’entrée de nombreux producteurs sur le marché, dont la Libye  pouvant aller jusqu’à 2 millions de barils/jour et du retour de l’Iran. Mais attention au cas  de l’Irak avec 3,7 millions de barils/jour (deuxième réservoir mondial à un coût de production inférieur à 20% par rapport à ses concurrents) pouvant aller vers plus de 8/9 millions,   pouvant aller à plus de 4/5 millions à moyen terme et à terme en cas de stabilisation politique poser plus de problèmes à la discipline de l’OPEP  que l’Iran qui veut revenir à son ancien quota de plus de 4 millions de barils jour avant l’embargo Mais c’est surtout l’introduction du gaz/pétrole de schiste américain a bouleversé toute la carte énergique mondiale, les nouvelles technologies ayant réduit substantiellement les coûts de plus de 30/40% ces dernières années contrairement à certaines prévisions, étant passé de 5 millions de barils/jour de pétrole à plus de 10 actuellement qui agit sur l’offre non concerné par la rencontre d’Alger et qui en 2016 est devenu exportateur vers l’Europe(1). L’Arabie saoudite (plus de 35% de la production OPEP et 12% de la production mondiale) est le seul pays producteur au monde actuellement qui soit en mesure de peser sur l’offre mondiale, et donc sur les prix, n’existant pas pour des raisons géostratégiques de rivalités avec les USA, mais des rivalités tactiques pour paraphraser les militaires. A terme, le prix d’équilibre sera déterminé fondamentalement par une entente entre l’Arabie saoudite et les USA. L’analyse de l’évolution des prix implique de comprendre les mutations économiques mondiales.
2.-A terme, le rééquilibrage des marchés dépend d’une série de facteurs exogènes qui échappent aux pays de l’OPEP, l’Arabie Saoudite misant sur un prix d’équilibre à terme variant entre 50/55 dollars le baril. Selon  l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son rapport de septembre 2016 , la  consommation mondiale d'or noir devrait croître de 1,3 million de barils par jour (mbj) à 96,1 mbj cette année, contre une précédente estimation de 1,4 mbj  du fait que les récents piliers de la croissance de la demande - la Chine et l'Inde - vacillent Un nouveau ralentissement de la croissance de la demande est anticipé pour 2017, avec une hausse de 1,2 mbj, à 97,3 mbj. Toujours selon l’AIE, l'offre reste soutenue, en particulier celle en provenance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) avec un niveau quasi record de 33,47 mbj en août 2016- soit 930.000 bj de plus sur un an. Cela a permis de compenser le déclin de production observé dans les pays tiers en raison de la faiblesse des prix qui ont réduit les investissements, et de limiter à 0,3 mbj la baisse de la production mondiale en août, à 96,9 mbj. Ainsi, le Koweït et les Emirats arabes unis ont produit  à des niveaux sans précédents et l'Irak a augmenté ses livraisons. La production de l'Arabie saoudite s'est élevée à un niveau quasi-record et celle de l'Iran a s’est élevée  à 3,64 mbj, un plus haut depuis la levée des sanctions.  L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dans son rapport mensuel publié  en  septembre 2016,  estime que la production totale des pays ne faisant pas partie du cartel va augmenter en 2017, une prévision qui induit pour 2017   un surplus plus important que prévu. Ainsi, la production des pays non-Opep devrait augmenter de 200.000 barils par jour en 2017  contre une projection précédente d'un repli de 150.000 du  fait notamment  du démarrage prévu, en novembre 2016, de l'exploitation du gigantesque gisement de Kachagan, au Kazakhstan. Le rapport de l'Opep induit un surplus moyen de 760.000 barils sur le marché pétrolier en 2017 contre un surplus de 100.000 supposé dans le précédent rapport. Par ailleurs, selon des données internationales, contrairement aux discours,  la Russie, confrontée à une crise financière,  va augmenter sa production de 2,2% sur l'ensemble de l'année 2016  entre  546 ou 547 millions de tonnes. En effet, selon l'Ecole des hautes études en sciences économiques de Moscou, les ressources d'urgence mises en place pour compléter le budget russe seraient sur le point de s'épuiser. Le Fonds d'urgence serait à un niveau de 30,6 milliards de dollars, contre 88,8 milliards en 2014 qui a nécessité en  mai 2016, la Russie à  lancer  une émission obligataire en dollar. Par ailleurs, devant prendre avec précaution  ces informations , selon Reuters,  citant Rystad Energy , les Etats-Unis possèdent des réserves de pétrole exploitables supérieures à celles de l'Arabie saoudite ou à celles de la Russie, principalement grâce au pétrole de schiste, évaluées  à 264 milliards de barils. Les réserves des champs existants, découverts ou encore à découvrir aux Etats-Unis, contre 256 milliards pour la  Russie et 212 milliards pour l'Arabie saoudite. Et en final, selon l’OCDE l'offre continuera à dépasser la demande au moins durant le premier semestre de l'an 2017.
 3.-Devant nous en tenir aux fondamentaux, pour ne pas induire en erreur l’opinion publique, il ne faut pas s’attendre à une remontée spectaculaire des prix du pétrole et donc à des miracles lors de la réunion informelle qui se tiendra à Alger. La grande réussite serait d’arriver à un gel de la production, ce qui n’est pas évident selon mes informations, la solution étant de laisser des marges de manœuvres à chaque producteur pour éviter l’échec de Doha. Et  comme mis en relief précédemment tout dépendra du niveau du gel, si  gel il y a, de la discipline  au  sein de l’OPEP, de l’attitude des pays hors OPEP, les derniers rapports  de septembre 2016 de l’AIE  et de la commission économique européenne n’étant guère encourageant quant à l’avenir de la croissance de l’économie mondiale. Comme doit être pris en compte le  nouveau modèle de consommation énergétique. Le monde devrait assister entre 2020/2030/2040 à un nouveau modèle de consommation  et à un nouveau pouvoir énergétique mondial. Aussi ; il s ‘agit d’éviter  de faire des prévisions hasardeuses devant s’en tenir aux fondamentaux. Selon les prospectives, (quatrième révolution industrielle mise en relief dans les résolutions 2016 du Wordl Economic Forum ), nous devrions assister à un nouveau modèle de consommation et du pouvoir énergétique au niveau mondial entre 2020/2030, contrairement aux prévisions euphoriques de certains experts algériens qui raisonnent toujours dans le cadre d’un modèle de consommation linéaire. Nous assistons à de nouvelles technologies permettant l’efficacité énergétique dans la majorité des pays occidentaux, avec une prévision de réduction de 30% (économie énergie-ciment-rond à béton) interpellant l’Algérie qui continue de construire deux millions de logements avec les anciennes méthodes de construction.  Chaque année dans le monde, 5. 300 milliards de dollars (10 millions de dollars par minute) sont dépensés par les Etats pour soutenir les énergies fossiles, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI) rapport pour la COP21. Or, il semble bien que la majorité des dirigeants du monde ont pris conscience de l’urgence d’aller vers une transition énergétique. Car si les Chinois, les Indiens, le continent Afrique, avaient le même modèle de consommation énergétique que les USA, il faudrait cinq fois la planète terre. En cas d’une mutation du modèle de consommation énergétique au niveau mondial, (l’avenir à l’horizon 2030 étant hydrogène), cela influencera à terme le niveau des prix des énergies fossiles vers le bas.  Ces deux facteurs, croissance de l’économie mondiale et nouveau modèle de consommation énergétique  échappent aux pays de l’OPEP et seront   déterminants. Les pays de l’OPEP  ne doivent  plus vivre de l’illusion de la rente éternelle  et devront préparer la nécessaire transition énergétique. Ceux qui prédisent un cours élevé  horizon 2020 font une erreur stratégique,  raisonnant  sur un modèle de consommation énergétique linéaire qui est du passé, les grands groupes investissant  d’ores et déjà dans  recherche/ développement  dans les  énergies du futur. C’est fini un cours  supérieur à 80/90 dollars (2).
 En résumé, l’Algérie devant d’ores et déjà préparer la transition économique tributaire de la transition énergétique pour éviter un retour au FMI entre 2019/2020. Ce d’autant plus que lors de la dernière réunion Algérie/Union européenne le 24 mai 2016, la majorité des experts européens ont fait savoir à l’Algérie que l’Europe, représentant 65% des exportations algériennes, n’entendait pas reconduire les contrats à terme selon les mêmes modalités, étant encore un des rares pays à pratiquer cette formule, qui expirent dans leur majorité entre 2018/2019. Or les recettes en gaz représentent plus de 33% des recettes Sonatrach. La seule solution pour l’Algérie, est de penser un nouveau modèle de consommation énergétique (efficacité énergétique, mix énergétique dont les énergies renouvelables), supposant de revoir la politique des subventions qui doivent être ciblées (la consommation de gaz horizon 2030 risquant de dépasser en 2030,les exportations actuelles) , d’agir sur les coûts pour être concurrentiel (possible de les réduire entre 15/20%) , le tout renvoyant à une vision stratégique du nouveau modèle de politique socio-économique et un nouveau management de Sonatrach.
  (1) Professeur Abderrahmane Mebtoul, Expert international – Docteur d’Etat en gestion (1974) – Directeur d’Etudes Ministère Energie/Sonatrach 1974/1979-1990/1995-2000/2007- A dirigé l’audit, février 2015 sur les risques et opportunités du gaz de schiste pour le compte du gouvernement assisté de 23 experts internationaux. -Voir Etude du professeur Abderrahmane Mebtoul, parue à l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI Paris France novembre 2011)- « la coopération Maghreb/ Europe face aux enjeux géostratégiques»- -« Pour un nouveau management stratégique de Sonatrach »- revue internationale HEC Montréal Canada (2010)- Conférence internationale ADAPES/ parlement français novembre 2013- « Les nouvelles mutations énergétiques mondiales » – « La stratégie gazière de l’Algérie face aux mutations mondiales » revue internationale gaz d’aujourd’hui (Paris France – janvier 2016). Voir également le débat 24 octobre 2014 entre le Pr Antoine HALFF ancien économiste en Chef au Secrétariat d’Energie US actuellement directeur prospective à l’AIE, et le Pr Abderrahmane MEBTOUL RFI Paris /France sur les perspectives de l’OPEP.
(2)-Sur ce sujet et  des thèmes similaires -Voir  Pr Abderrahmane MEBTOUL

 

Dr Abderrahmane MEBTOUL
Dimanche 18 Septembre 2016 - 18:01
Lu 826 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+